À l’automne 2012, Delighted introduisait Manuel Meyer aka Zusammenklang, un pimpant brêmois qui a senti le besoin d’exprimer son spécial fa électronique. Pour mai 2013, nous vous présentons son premier album.

Tagtraum est une collection de mélodies technos produites au cours des années précédentes. Les huit morceaux qui la composent ont trouvé un admirateur du nom de Solee, boss de la respectable écurie allemande Parquet. Celui-ci dévoilait le premier long format d’Oliver Schories pour honorer le printemps 2012. C’est maintenant au tour de Zusammenklang de représenter la jeunesse et l’harmonie.

Pour l’instant, nous disposons des trois quarts de l’album sous forme d’extraits, parfait compromis afin d’allécher les auditeurs… et les premiers appâts ne manquent déjà pas de faire des gourmands. Après la mordante Sorglos, je vous invite donc à vous attarder sur Waldlauf car oui, j’ose m’emporter en la qualifiant de bénédiction. Du nec plus ultra, nous rejoignons Voll Schön et son synthé grimpant qui aboutit avec classe sur de l’émotion flottante. Avec Selbstreflexion, l’auteur confirme sa maîtrise des éléments en alliant douce ambiance pianotée et marginalité de sous-graves qui ne trompent pas nos oreilles. Morgenblaue oscille entre les rayons technos deep et dub tandis que le dernier extrait disponible tient une progression à la fois classique et touchante… M. Mayer institue un convenable hommage à sa ville natale et donne paradoxalement l’envie de mettre les voiles.

Pour résumer Tagtraum, on trouve la force d’une telle identité musicale dans sa propreté instrumentale ainsi que dans ses structures narratives évidentes, agrémentées par quelques coups de génie acoustiques. Zusammenklang ou quand sonne l’heure de la faim à l’unisson.

Petit liveset bonus si vous êtes conquis mais pas rassasiés :

Bonne écoute.