Rentrer à Paris, c’est toujours un peu difficile. Reprise du boulot, du patron relou, des mails, de la pollution, de la grisaille… Bref, il me fallait bien un peu d’oxygène pour sortir de la première semaine de septembre.

Et heureusement, les sorties parisiennes sont là pour ça ! Le 6 septembre, le rendez-vous était pris au Nüba pour la première soirée Vertikal.

Menu très alléchant, qui comptait Refound, Smallpeople, Jacques Bon, Sidney & Suleiman, Galawak, et Vanderstar & Climate.

Une soirée qui promettait donc d’être placée sous le signe de la house dynamique et puissante de SmallVille Records en tête d’affiche, avec des warm-up des plus succulents.

A l’arrivée, le lieu frappe tout de suite. Je pense que tout le monde connait Le Nüba, le nouveau rooftop à la mode au dessus du Wanderlust, sur le toit de la Cité de la Mode. Si ça n’est pas le cas, allez y faire un tour. La terrasse est vaste, la vue à couper le souffle, le tout dans une ambiance chill et bon enfant.

Après l’inévitable passage au bar (il faut assurer le ravitaillement), place à la musique. Refound, excellent, distille depuis une petite cabane sur la terasse des basses puissantes, et une house travaillée.

Refound aux platines

Refound aux platines

Passage à l’intérieur pour un Jacques Bon très en forme, une « super house », qui donne envie de danser dès qu’on passe l’entrée. Mais il fait encore à peu près chaud, restons encore un peu dehors.

Sidney & Suleiman prennent la relève pour un set quelque peu différent, mais de la même qualité.

Sydney & Suleiman

Sydney & Suleiman

Retour à l’intérieur vers 1h30 pour Smallpeople. Le duo hambourgeois sait électriser une salle qui ne tient déjà plus en place. La house est bien sûr à l’honneur, mais leur set est tour à tour brutal, groovy, avec des accents funk.

smallpeople

Smallpeople

Bref, Vertikal a été pour moi le meilleur moyen d’avaler la (difficile) pilule de la rentrée. Et la bonne nouvelle, pour ceux qui ont raté ça, c’est qu’ils remettent le couvert le 27 septembre, toujours au Nuba, avec Vera, Anthony Collins, et le collectif Bass Y Bouzouk !

On se voit là-bas ?