LABEL – Après des sorties digitales et des expériences riches au sein de collectifs, les deux compères bordelais de The Warmers pressent leur premier vinyle pour leur label Nanosphere. Trois merveilleuses compositions originales sont accompagnées d’un remix de Direkt. Le disque sortira le 14 août 2020, et nous avons eu la chance d’échanger quelques mots avec les artistes à ce sujet.

THIBAULT : Salut les gars, merci de nous accorder cet échange ! Pour démarrer, comment vous êtes-vous rencontrer tous les deux ?

The Warmers : Salut, déjà merci de consacrer un article à cette sortie qui représente beaucoup pour nous. Nous nous sommes rencontrés il y à 7 ans en rave avec notre collectif de l’époque BDB Sound, on a commencé par jouer en free party des sons acid techno ou indus. Ensuite on a pu découvrir l’Europe de l’Est, ses fêtes sans fin, et un son minimaliste et deep à la fois : ça a été l’élément qui nous a fait commencer à mixer puis produire ce style de musique.

T : Qu’est-ce qui vous a poussé vers la musique ?

TW : Dans notre enfance on a chacun appris à jouer d’un instrument, la guitare pour Dipsy, la batterie pour Rémy. A côté de ça, on a toujours écouté beaucoup de musique de tous styles, et quand on a découvert que ça pouvait être le moteur d’une fête on a décidé d’y consacrer un maximum de temps et d’énergie. C’est pour nous le meilleur moyen de partager un moment entre amis et on en écoute absolument tous les jours, c’est le carburant de la journée.

T : Quelles sont vos armes de production ?

TW : Côté technique on utilise des synthés hardware comme le Blofeld de Waldorf ou le DX7 de Yamaha, une Elektron Analog Rytm pour la boîte à rythme et à côté on compose avec Ableton Live. Après on est constamment à la recherche de nouvelles sonorités, c’est important de progresser techniquement sur les synthés mais aussi d’écouter de la musique de plus en plus variée pour trouver de nouvelles sources d’inspiration.

T : Vous avez démarré Nanosphere avec une sortie digitale sur Bandcamp, puis le premier vinyle sortira cet été. Quels sont vos objectifs pour le label ?

TW : L’objectif du label à long terme est de pouvoir continuer à proposer cette sensibilité musicale sur deux supports que l’on affectionne. On a commencé à sortir pas mal de tracks sur notre Bandcamp perso, avant de lancer le label avec Nanosphere.  Ça nous a permis de voir l’intérêt de cette plateforme pour l’ensemble des fans de micro house qui sont de plus en plus nombreux à y fouiller pour trouver des pépites. C’est pourquoi Bandcamp restera la plateforme principale, mais nous souhaitons réaliser une à deux release vinyle par an sur Nanosphere. Un autre objectif serait de programmer les prochaines sorties avec d’autres artistes de manière à faire découvrir de nouvelles têtes ou y retrouver des artistes dont le nom est familier et qui correspondent à la démarche du label.

T : Quels artistes aimeriez-vous avoir sur les prochaines sorties ?

TW : On a commencé à sélectionner pas mal de démos qui nous sont envoyées assez souvent. Ça fait super plaisir de voir l’intérêt de certains artistes pour le label. Aujourd’hui il y a énormément de super bons producteurs qui collent avec les sonorités que l’on recherche sur Nanosphere, pour les sorties à venir on vous fait la surprise, en attendant le NANO001 est dispo en précommande sur internet et dès le 14 Août partout ailleurs.


Réveil délicat, un lendemain de fête compliqué, qui ne nécessite rien d’autre qu’un voyage auditif profond, pour somnoler encore un peu… La douceur et l’équilibre des éléments mélodiques et rythmiques de ce premier morceau y apportent une solution. Sunday Medication est dessiné autour de touches de pianos chaleureuses, d’effets stellaires réverbérants donnant la sensation d’une évasion hors de l’instant. Les percussions et les basses discrètes laissent un battement par minute faible et guident la construction de cette merveille. Le remède parfait !

Le rythme change pour la clôture de la première face, même si l’atmosphère reste rêveuse et profonde. Ici les basses vibrent et raisonnent dès les premiers instants du morceau, et poussent l’arrivée de notes électriques scintillantes. Les breaks sont spatiaux, et laissent la profondeur gagner du terrain par des éléments qui retentissent au loin dans le spectre. Soudainement l’ensemble reprend, avec force et détermination, pour nous emmener progressivement vers la deuxième face du disque.

Un morceau très différent, mais qui reprend certains traits de caractère de Cumulonimbus. L’intensité des notes électriques et des éléments percussifs et rythmiques esquissent la nuance. Les longs pads qui peignent le paysage musical et la construction du morceau conservent l’identité atmosphérique et rêveuse de The Warmers. Pour le reste, la ligne de basses est éclatante, les percussions cadencent les breaks… révélant un morceau qui sera inoubliable sur un système son adéquat.

Le producteur et DJ roumain Direkt donne une toute autre interprétation du remède dominical. Éléments rythmiques énergiques dont lui seul a le secret, multitude de micro-effets d’arrière-plan, voix chuchotantes, pads… Tous ces ingrédients préparent une solution de Direkt qui est finalement de reprendre la fête. Une seule question persiste : pourquoi pas ?


Artiste : The Warmers
Titre : NANOSPHERE 001
Date de sortie : 14.08.2020
Catalogue : NANO001
Label : Nanosphere
Distribution : Memoria Music Group
Pays : France
Format : Vinyle

Pré-commander l’EP sur Deejay, Decks, Juno, Red Eye, Horizons, Intense, 3345 RPM et Freestyle Online.

Suivre The Warmers sur Facebook, Soundcloud et Bandcamp.

Suivre Nanosphere sur Facebook, Soundcloud et Instagram.