Vers le Vème siècle, des peuples germaniques s’installent sur une île britannique qu’on appellera plus tard l’Angleterre. Se mêlant au fil des décennies aux indigènes brittoniques (pas britanniques), leur descendance est aujourd’hui appelée anglo-saxonne, venant du mot anglais et saxon (habitant de la Saxe, une bien belle région de l’Allemagne de l’Est). L’Angleterre et l’Allemagne ont toujours été très liées, malgré de farouches différends militaires. Ces pays ont, de tout temps, produit de grands artistes musicaux, comme peuvent en témoigner Johann Sebastian Bach, les Beatles, Ludwig van Beethoven ou les Who. Dans l’histoire de la techno aussi, depuis plus de 25 ans, les artistes anglais et allemands ont toujours été sur le devant de la scène. Tel un détachement diplomatique pour la COP21, ils arrivent en masse ce week-end dans les clubs parisiens, pour le plus grand plaisir de nos tympans gaulois. Los geht! (here we go!)

 

Jeudi 3 décembre:

XDB- Wentab : allemand, au Rex pour la résidence Hold Youth.

 

Vendredi 4 décembre:

Adam X – Birth : anglais, à La Chaufferie de La Machine du Moulin Rouge  (Loco Dice joue dans l’autre salle).

Blind Observatory – And The Flying Saucer (I/Y remix) : allemand, également à La Chaufferie de La Machine du Moulin Rouge.

Tommy Four Seven – Strix : anglais, à Concrete.

Eomac – Spoock : anglais aussi, à Concrete aussi.

Xhin – Asymetrical Four : singapourien (donc britannique par la force de l’empire colonial), au Rex pour la Skryptom.

 

Samedi 5 décembre:

Perc – Serious Moonlight : anglais, à la soirée Possession.

Edit Select – Bagan : anglais, à la soirée Classic As Fuck au Batofar.

Laurent Garnier – Cripsy Bacon : français (mais anglais d’adoption puisqu’il est allé chercher la techno/house en Angleterre pour nous l’apporter en France),  au Tunnel.

 

Dimanche 6 décembre:

Ben Klock – Tag der Arbeit : allemand, au Rex avec deux français: François X et Arnaud Le Texier.