Alors qu’elle s’apprête à passer le 19 décembre au Rex, l’équipe Deeply Rooted nous envoie un doux cadeau avec l’EP d’un poids lourd de la techno française, Terence Fixmer.
Près de 20 ans de carrière au compteur, pour un DJ qui a posé ses bagages dans de nombreuses écuries, et pas des moindres : CLR, Prologue, Turbo Recordings, Electric Deluxe, pour ne citer qu’elles.

Est-ce le hasard, ou un joli coup que DJ Deep et Terence ont voulu réaliser en publiant l’EP Elka ?
Dans tous les cas, nous avons un bel avant goût, avec 4 tracks bien maîtrisés, de la soirée Deeply Rooted du 19 décembre.

Ouverture avec Elka, le track éponyme.
Référence directe au synthé emblématique, il nous plonge dans un univers noir…Les synths y sont ici sombres et menaçants.
Les drums viennent cadencer cette menace, pour donner à ce track une dimension hypnotique.
Ajoutez y quelques hats, fermez les yeux, et laissez vous entraîner dans un track tout en maîtrise. Pas de montées agressives, ni de kicks gras et ravageurs. Ici, c’est une démonstration technique de Fixmer.
Une énergie maîtrisée, cadencée, qui vous transporte (et vous contraint à taper du pied, machinalement)

Slingshot nous offre une nouvelle fois une belle prouesse technique.
Reprenez les bons éléments de Elka, et ajoutez y une touche plus électronique. Ici les gimmicks viennent vous frapper aux tempes… Assez peu étonnant, si on traduit Slingshot par lance pierres.
Pour ma part, ce track est tout bonnement une pépite : c’est travaillé, et ça a le potentiel d’être lancé en amorce de set tout comme en plein milieu de la nuit, en accentuant telle ou telle ligne de basse.

Après une face A toute en maîtrise, on retourne le vinyle, pour y découvrir la face B, plus orientée club.
The Shuffle sonne bien plus électronique.
Plus haletante aussi, comme le prouve le petit soupir en vocal, qui donne un petit côté sanguin au track.
Les drums qui l’accompagnent, une nouvelle fois en maîtrise, habillent le track, et s’allient de la plus belle façon avec un kick chirurgical, mais tout en sourdine.
Une bien belle comptine techno : en douceur, mais efficace.

Aviatic nous dévoile la facette de Fixmer que certains attendaient : celle d’un artificier techno.
Une intro gérée d’un kick et de drums croissants…. Une montée qui n’en finit plus de s’arrêter avec le kick qui s’intensifie, et les gimmicks sombres et industriels lancés.
Nous y sommes, le feu d’artifice techno commence. Les lignes de sons se multiplient, et s’associent dans une belle envolée de basses.
Et Fixmer se permet même quelques halètements dans son track. Pour nous perdre? Pour nous plonger encore un peu plus dans sa danse hypnotique?
Dans tous les cas, Aviatic sonne, pour moi, comme le deuxième « main track » de cet EP. Spatial et industriel, sombre et techno à la fois.

Pour ceux qui ne sauraient pas encore quoi faire le 19 décembre prochain, les places sont ouvertes, et DJ Deep emmène dans son escarcelle, Terence Fixmer et François X.
Une belle messe techno, avant la trêve des confiseurs !