RENCONTRE – Hakim Rahouani, aka Hakma, nous revient de loin. Connu et reconnu en tant qu’étoile filante de la scène techno française, il a su faire ses preuves grâce à sa musique à la fois douce, mélodieuse et persévérante. En 2008, Hakma continue dans sa lancée d’artiste de référence notamment avec la création de son label Underklub. Après deux ans d’absence, il fait son grand retour avec son nouvel EP Stronger sorti sur Zinger Records, un récit fort et poignant de son vécu. Pour l’occasion, nous sommes allés à sa rencontre.


FLORA : Salut Hakma ! Merci de prendre le temps de nous répondre. Avant tout, peux-tu nous en dire un peu plus sur tes débuts dans le son ? Tes inspirations musicales, les Djs et/ou producteurs qui t’ont influencés ?

Hakma : J’ai commencé à me produire en tant que dj vers 2005, et c’est en 2012 que j’ai commencé la production. La French touch a eu beaucoup à voir dans mon influence lorsque j’ai commencé avec Daft Punk et tous les artistes qui gravitent autour. J’ai été inspiré également par The Hacker, Vitalic, Laurent Garnier, Miss Kittin… Et à l’international avec John Dahlbäck, Marc Romboy, Pryda, Booka Shade, Trentemoller. Aujourd’hui ça serait plutôt Stephan Bodzin, Victor Ruiz, Artbat, Enrico Sangiuliano, Maceo Plex, Tale of Us, Adriatique… pour ne citer qu’eux car chaque artiste que je joue m’inspire particulièrement.

F : Comment décrirais-tu ton univers musical ?

H : Une house techno progressive et entrainante, mélodique avec une touche de mélancolie.

F : En 2008 tu as aussi lancé ton propre label Underklub et ce 22 mai tu as sorti ton nouvel EP Stronger, as-tu d’autres projets en cours ?

H : Je travaille sur un live avec des synthés analogiques et une boite à rythme… j’enregistre également un album en août au Château Éphémère, fabrique sonore et numérique pour mon 2ème projet intitulé « HR« , un duo electro rock, sorte de fusion entre Justice, Metallica et Fatboy Slim, ça envoie pas mal !

F : Cet EP est d’ailleurs le retour d’une longue pause musicale, et le récit d’une forte histoire que tu partages avec nous aujourd’hui. Peux-tu nous en parler ?

H : Je l’ai fait juste après avoir perdu ma femme. Cet EP était une sorte de thérapie pour pouvoir évacuer tout ce que j’avais en moi que ce soit du bon ou du mauvais, ce qui m’a beaucoup aidé dans mon deuil.

F : Ce que tu as vécu est très fort… Comment comptes-tu retranscrire cette tragédie au travers de tes musiques ?

H : L’inspiration se fait automatiquement, je n’hésite pas à chercher pendant longtemps la mélodie ou le synthé ultime qui puisse vraiment retranscrire mon univers, mon histoire et ma personnalité. Cela se fait ressentir dans mes créations je pense, la mélancolie est souvent présente, et a toujours été ancrée en moi. J’ai composé une douzaine de tracks environ depuis cette tragédie et d’autres sont en cours.

F : Quelles sont les collaborations, les projets auxquels tu as déjà eu recours qui t’ont le plus marqué ?

H : Ma rencontre avec Solvane (Stil Vor talent), que j’avais fait jouer en 2012 au Nouveau Casino et nous sommes restés de très bon amis depuis. Il est basé à Berlin et je m’y suis produit avec lui deux fois. Il m’a beaucoup aidé dans mes productions et dans mon développement en tant qu’artiste. Il y’a aussi la collaboration avec mon ami Romain, et notre duo électro rock « HR« , est également très importante. On habite la même ville et on se connait depuis pas mal de temps. Romain est un guitariste autodidacte, et nous nous ressemblons beaucoup que ce soit musicalement ou humainement. Nous apportons beaucoup l’un à l’autre en ce qui concerne la production et nous préparons un album pour 2021.

F : Tu as été résident du Nouveau Casino pendant six ans et tu as performé dans plusieurs clubs de la capitale, quel est le meilleur morceau pour finir ton set devant le public parisien ?

H : Juste avant la fermeture, je passerais Hasir de Modeselektor. Tu es sûr de voyager avec ce track et de filer à l’after avec le smile !

F : Quelles sont les tracks t’ayant le plus inspirés ?

Enrico Sangiuliano – Moon Rock

Maceo Plex – Conjure Dreams/Solar Detroit

Ten Walls – Walking with Elephants

Marc Romboy & Stephan Bodzin – Atlas (Adriatique Remix)

Kölsh – OPA

Oliver Huntemann – Tranquilizer

H-Man – 911 turbo


À suivre et écouter : Facebook, Instagram, Underklub, Soundcloud, EP

Se procurer Stonger : BEATPORT