CHRONIQUE – Le label munichois Ilian Tape sort son deuxième album en neuf ans d’existence. Shred est l’œuvre d’un inconnu, Skee Mask, et se révèle comme une des plus belles productions de ces derniers mois. Douze titres qui se suivent sans se ressembler. Une techno anarchique aboutie.

La famille Zenker est à l’image du Bavarois: prudente et élitiste. On ne rentre pas dans leur bande comme on passe à l’hôtel. Il faut montrer patte blanche avant de signer chez Ilian Tape, le label lancé par les Munichois en 2007. Ils laissent Skee Mask produire le deuxième album maison (en neuf ans d’existence, c’est peu), preuve d’une confiance aveugle en un DJ inconnu en France, méconnu en Allemagne. Bien leur en a pris. Shred est un album magnifique de douze tracks, où l’on retrouve le cachet des meilleures productions Ilian Tape.

On ne sait pas qui se cache derrière Skee Mask. Un Munichois bien discret, qui rôde avec le crew Zenker. Il est l’auteur de Junt, un premier EP chez Ilian Tape sorti au printemps 2015 qui annonçait déjà l’album qui sort aujourd’hui: un rythme anarchique, des nappes vaporeuses et des sonorités tribales.

Dans la production techno, il faut une sacrée maturité pour proposer un album de douze titres. Skee Mask a ainsi tous les attraits du passionné qui passe plus de temps en studio que derrière les platines des copains vodka à la main.

Avec Everest, HAI Conv. et Panorama, on met la main sur des morceaux expérimentaux, où la basse est lettre morte. Le rythme est lancé avec Autotuned, dans l’esprit Ilian Tape: une techno anxiogène et pressée. Avec Backcountry, place au dancefloor et à des sonorités oniriques, lentes et brumeuses. Un chef d’œuvre. Tout comme Reshape aux basses saccadées mais à la mélodie envoutante, en rupture avec des tracks plus sombres et tribales: Shred 08 ou Shady Jibbin’.

[soundcloud url= »https://api.soundcloud.com/tracks/243723986″ params= »auto_play=false&hide_related=false&show_comments=true&show_user=true&show_reposts=false&visual=true » width= »100% » height= »450″ iframe= »true » /]

Avec Shred, Skee Mask dévoile le panorama de ses possibilités. Sa musique est inclassable qui se joue des genres. Sans aucun doute, il s’agit pour nous du plus bel album de ce début d’année. Il y a une fraîcheur que beaucoup de grandes signatures ont délaissé. Les Zenker lancent des producteurs talentueux: Andrea, Stenny, Sciahri et Skee Mask ici. Et pour se plonger plus avant dans le monde de ce dernier, rien de mieux que sa performance à la Boiler Room de Munich l’année passée, somptueuse…