Focus sur un phénomène qui n’a échappé à personne : S.E.M.L.

Quatres petites lettres derrières lesquelles se cache un grand concept plutôt novateur.

Ces lettres sont les initiales de Sweet Electronic Music Lovers, un collectif d’amoureux de musique eléctronique. Le principe est simple : ce collectif réunit plus de 4000 personnes qui partagent leur passion sur un groupe facebook. Plus qu’un concept, c’est un état d’esprit.

Face à l’ampleur du phénomène, les fondateurs ont décidé d’extirper S.E.M.L. de la toile et de rendre leur projet plus “vivant” en organisant des soirées dont on vous a déjà parlé au Dandy’s ou plus récemment à la Villette Enchantée.

Si on vous en parle aujourd’hui, c’est aussi parce que la deuxième compilation S.E.M.L. est sortie, elle regroupe neuf titres de huit artistes différents. Cette compile en globalité deep house permet d’identifier le style Sweet Electronic Music du groupe.

Face à ce concept hors du commun, on a voulu en savoir un peu plus, on a donc posé quelques questions à l’un des fondateurs du collectif : Mathieu Ribault, qui a pris le temps de nous répondre pour que ce projet n’ait plus aucun secret pour vous.

Qui se cache derrière S.E.M.L. ? Comment est né le projet ? Comment le définiriez-vous ?

Alors SEML part d’une aventure humaine entre copains. Aujourd’hui nous sommes six amis à compter dans le collectif (Etienne Hayem, Vincent Ribault, Mathieu Ribault, Clément Martin, Nicolas Zimmermann, Thomas Willemot). Nous sommes tous passionnés par ce style de musique avec plus ou moins d’influences dans d’autres domaines qui complètent la réflexion et le développement du collectif. Chacun a une affectation particulière au sein du fonctionnement, et quatre jouent lors des soirées.

Sweet Electronic Music Lovers : naissance d’une communauté.

Tout a commencé il y a un peu plus de deux ans, Etienne Hayem décide de créer un groupe FB où nous pouvons partager entre potes nos “petites pépites”… Le groupe grandi naturellement, les potes de potes invitent d’autres potes amateurs de ce style de musique et la croissance du groupe se fait progressivement. En Décembre 2011 nous étions prêt de 700. Nous faisions alors le constat de la naissance d’une vraie communauté.

Qui dit communauté, dit “identité”. Nous décidions alors de faire un concours ouvert de Logo représentant Sweet Electronic Music Lovers. Nous recevions près de vingt propositions que nous décidions de faire vôter anonymement par la communauté… Ce fut le premier “geste réunificateur”.

Puis nous décidions d’organiser nos premières soirées et de faire un vrai collectif actif avec SEML, afin de rencontrer les acteurs du groupe (ceux qui partagent). Ce fut le 9 février 2012 au Malibv grâce à Céline (Sundaes). Après quelques aventures nocturnes, nous décidions de monter nos premiers Ateliers Mix (Workshop) au Zero Zero aux côtés des copains des Mamie’s, où apprentissage, découvertes de jeunes Dj’s et partage animaient toute une après midi…

Comment vous est venue l’idée d’éditer une compile ? Comment avez-vous selectionné les artistes présents sur la compile ?

SEML & Friends. Concept (compile)

Les Soirées, les Ateliers nous rapportaient une certaine somme d’argent, et le groupe FB de partage ne cessait d’augmenter, nous dépassions les 1000 adhérents il y a un an. Nous observions depuis quelques temps des postes de jeunes artistes producteurs dont nous avions fait une sélection sur Soundcloud… Et l’idée d’une compilation a pris forme assez spontanément !!!

L’idée étant simple : mettre en avant la production de jeunes artistes repérés sur internet sur un support de qualités avec les moyens financiers des soirées/ateliers que nous récupérons. Profiter de l’essor du groupe et de nos contacts afin de les mettre en avant (distributions, communications…) Un VRAI échange, partage avec VOUS les Lovers 🙂

Le premier opus est venu assez rapidement (juin 2012), grâce à la complémentarité des membres, chacun trouva sa place. Une fois la sélection faite, il s’agissait de concevoir un packaging représentant au mieux l’esprit du collectif et le travail des artistes (le format CD étant clairement en perte de vitesse, la pochette/poster fut l’idée première).

En décembre 2012, nous avons organisé un concours de remix sur deux tracks de la première compile. Nous avons reçu près de 15 tracks, que nous avons mis en vote sur le groupe. Le gagnant se trouverait sur la compile 2. Ainsi le lien entre les compiles fut trouvé…

Le principe de fonctionnement (soirées/ateliers…) nous a mené à un nouvel opus, avec une sélection plus pointue (quasiment cinq à six mois de sélections/réflexions) et un packaging plus étudié (qualité de papier supérieur, pliage plus graphique). A noter, pour ce deuxième volume, nous avons reçu des projets d’artistes directement sans pour autant passer par une phase de recherche…. ainsi que la découverte d’artistes étranger (Allemagne, Belgique..).

Les seconds opus étant bien souvent décevant, nous nous devions d’offrir un produit plus abouti que le premier. Chose faite avec la sortie Chez Colette et d’autres points de ventes en ce début de semaine.


Les artistes ont-ils eu des directives spécifiques ?

Concernant une certaine directive quand à la sélection, nous n’en avons pas ! C’est plutôt sur le coup de coeur, l’émotion, ce que le track dégage en sommes…

A la naissance du projet, vous attendiez-vous à un tel succès ?

Je ne pense pas que nous pouvons parler de “succès” et ce n’est pas l’esprit ni le but recherché. Nous abordons tous cela comme une passion, un passe-temps supplémentaire en dehors de nos vies respectives. Nous essayons de le faire au mieux, avec la qualité que nous souhaitons au vue du temps que nous y accordons. Mais il est appréciable d’avoir des retours positifs sur l’effort fournis en terme de conception, recherche, organisation. Ainsi que de rencontrer des personnes membres du groupe qui nous félicitent sur l’esprit que nous tentons d’instorer.

Ce qui est plutôt surprenant, c’est de voir l’augmentation fulgurante depuis quelques mois du nombre de demande d’adhésions sur le groupe (près de vingt par jour parfois) alors que nous ne communiquons jamais dessus, puisque nous aimerions que cela garde une certaine qualité / éthique. C’est difficile de gérer les deux… Et beaucoup ne font pas le lien entre SEML et Sweet Electronic Music Lovers. C’est compliqué de passer l’étape du groupe pour faire comprendre aux membres qu’il s’agit d’une communauté tenue par des acteurs qui ont d’autres motivations que ce groupe de partage, comme des soirées, des ateliers, des compilations…

Quels sont vos objectifs à présent ? A quoi doit-on s’attendre de la part d’S.E.M.L. ?

En terme d’activité pour le collectif, il s’agit de poursuivre sur des soirées, mais en tentant de multiplier les échanges avec d’autres collectifs français (D.KO / Washin Mashin / Mamie’s…) ou étrangers, comme nous venons de le faire en ce début de mois de juin avec des artistes venus d’Eindhoven avec qui nous aurons l’honneur de jouer à un festival le 7 septembre à Eindhoven même… Poursuivre les ateliers, véritables richesses sur le partage et la découverte, mais dans des lieux insolites, comme l’évènement précédent à la Galerie Florence Léoni.

Nous aimerions développer davantage la partie création, avec l’implantation de Live justement des artistes que nous découvrons au sein du groupe ou même de la compilation. Tenter également de mêler une part graphique à nos prestations, vue que c’est une forme qui nous plait et que nous tentons de retranscrire dans nos affiches, packagings ou autres supports…

A quoi doit-on s’attendre de la part de SEML ?

Nous sommes six, beaucoup d’idées fleurissent, d’autres restent encore dans des cartons….. 🙂

Nous sommes en grande discussion quand à la position associative du collectif, l’idée de fonder un Label serait une belle initiative, mais comme nous faisons tout en prenant notre temps…il suffit de voir que le collectif en tant qu’actif n’a que un an…inutile d’être pressé, et si un jour l’aventure doit s’arrêter, elle s’arrêtera aussi naturellement qu’elle est née, sans grandes déceptions 😉

Il s’agit pour le moment de développer notre réseau en terme de distribution, si toutefois un jour SEML se voit accompagné d’un Records nous aurons alors “préparé” en amont sa possible diffusion…rien ne se fait sans réelle réflexion !

Sweetment.

Mathieu pour le collectif.

Pour ceux qui souhaiterait rejoindre l’aventure S.E.M.L. :
La fan page
Et pour acheter la compile en ligne ça se passe ici.