– Techno – Car il vaut mieux tard que jamais, Delighted s’est procuré le dernier EP de Ruhbarb intitulé Amorpha, neuvième sortie du label Odd / Even en vente depuis le 7 février passé. Un EP de quatre titres, une balade envoûtante et poétique, idéale pour affronter les dernières semaines de froid de cet hiver 2017.

Pour ma part, c’est en écoutant le podcast Deep Space Helsinki du 17 janvier 2017 que j’ai d’abord entendu Field, extraite de l’EP. Suite à cela, intriguée, j’ai mené ma petite enquête et suis tombée sur la page Facebook de l’intéressé – celui-ci n’ayant pas de profil sur Resident Advisor. Quand enfin j’ai pu me procurer l’EP en intégralité, j’en suis tombée sous le charme.

[soundcloud url= »https://api.soundcloud.com/tracks/303193791″ params= »auto_play=false&hide_related=false&show_comments=true&show_user=true&show_reposts=false&visual=true » width= »100% » height= »450″ iframe= »true » /]

L’EP s’entame avec Amorpha, track dont le dynamisme saute aux oreilles. Dynamique mais pas agressive. De celles qui font hocher la tête mais pas grincer les dents. Des mélodies qui se mêlent, s’entremêlent mais ne s’étouffent pas. Toutefois, l’effet de surprise se crée à l’écoute d’Echoes… En rupture quasi totale avec Amorpha – pourtant titre éponyme de l’EP – Echoes est ce genre de tracks qui se colle à vos humeurs : levez-vous d’un pied nostalgique et elle vous fera probablement pleurer, levez-vous d’un pied enjoué et elle vous donnera très certainement l’envie d’affronter un long lundi pluvieux. Echoes est de ces tracks que l’on pourrait quasi entendre dans un film – à condition que le réalisateur soit assez cool, cela va sans dire.
Effet de surprise toujours lorsque Field s’entame. Rien à voir avec Echoes. Un track qui comme démontré par le finlandais Juho Kusti dans le podcast cité plus haut se veut fonctionnelle pour le dancefloor. Rien à redire, ajouter ou soustraire. Souvent, la beauté de la musique électronique réside dans les détails… et Field en regorge!

Enfin, Hetre vient clôturer cet EP de qualité. Une tension qui monte progressivement, des hi-hats et percussions parfaitement maîtrisés. Une ligne de basse qui se fait attendre mais qui ne déçoit pas quand elle arrive. Hetre n’est toutefois pas dénuée de sens ni bête et méchante. Au contraire elle est un voyage, alternant entre lumière et obscurité. On ne s’impatiente pas mais on savoure plutôt.

En bref, un EP qui vaut le coup et qui raconte une histoire, transporte mais aussi intrigue et fait danser.

L’intrigue réside également dans le personnage de Ruhbarb lui-même. Une identité préservée mais pas cachée – comprenez que si vous êtes vraiment curieux et que vous maniez assez bien les réseaux sociaux, vous trouverez réponse à la question “qui est-il?” assez rapidement.

Mention spéciale à Markus Suckut pour le artwork très réussi.


Tracklist:

Amorpha
Echoes
Field
Hetre

Ruhbarb sur Facebook : https://www.facebook.com/ruhbarb.ben/

L’EP sur Decks : http://www.decks.de/t/ruhbarb-amorpha_ep/c8r-xp