Aux confins du système solaire se trouve Haumea, charmante petite planète « transneptunienne » composé de glace d’eau.
Mais c’est aussi et avant tout le titre du nouvel EP de Rødhåd, qui nous propulse dans un univers tout aussi spatial et glacial que la planète.
Après une Boiler Room plus que remarquée, dans laquelle il officiait avec ses acolytes de Dystopian, Rødhåd est de retour sur son autre label de prédilection, détenu par Kr!z, Token, et signe lui aussi son retour aux studios.
Le track Haumea nous est ici offert en trois versions.
La première, made in Rødhåd, nous transporte, comme il a été dit plus haut, dans un univers mi spatial, mi glacial.
Une bien belle alchimie entre une techno de Détroit made in Mills, et la techno européenne, qui s’illustre ici par les hats venant hâcher joyeusement le mix.

Rodhad nous offre aussi une version dite « Dirt » de Haumea.
Minimaliste à l’extrême, aux limites du mental, cette version relève d’une très belle prestation, où le kick vient ramener un peu de pesanteur à ce track.

Enfin, Ø [Phase] vient aussi apporter sa pierre à l’édifice. L’acolyte du grand roux nous offre un Haumea plus étouffé, moins spatial, dans laquelle il mixe savamment les sons de son LP « Frames of Reference », à la mélodie d’Haumea.

Pour son retour au studio, Rødhåd montre bien que sa palette est large, très large, et signe par cet EP une bien belle mise en bouche avant la très prochaine sortie de la compilé Aphelion, qu’on ne loupera pas, bien évidemment !