Oliver+Huntemann+I+love+Paris+shirtDans la catégorie quadragénaire à lunettes avec une mauvaise implantation capillaire, on s’attarde aujourd’hui dans le cadre de l’anniversaire de notre cher Rex sur Monsieur Huntemann, Oliver de son prénom. Allemand, mais pas Berlinois, le petit Oliver a 14 ans quand il commence à sortir de son nid et à jouer en public. Deux années après, il étudie l’ingénierie électronique dans la marine allemande. Autant vous dire qu’il n’a pas fait son apprentissage assis devant un ordinateur un joint aux lèvres. Il organise ensuite ses premiers évènements Acid House dans sa ville natale, Hanovre, à la fin des années 80 et rencontre alors son premier partenaire de composition avec qui il signe sa première production en 1992 sous le nom de Humate.

[RAVE ALERT : Ce son est destiné à un public averti]

A 46 ans maintenant, celui qu’on surnomme le Hit-maker de Hambourg (la ville où il s’est installé) a su habilement tirer son épingle du jeu, contentant l’industrie avec des sorties accessibles et de qualités comme l’ultra célèbre Tranquilizer :

Tout en continuant à travailler sur des productions avec un certain parti pris comme le témoigne sa collaboration avec Stephan Bodzin (de nouveau un quadragénaire à lunettes avec une mauvaise implantation capillaire) sur le projet concept Rekorder. Ou encore leur incroyable remix d’Everything Counts des Depeche Mode.


(Oui on dirait bien du hautbois à 5’53)

En bon ingénieur, on le retrouve sans surprise à faire joujou avec tout ce que la technologie lui offre comme possibilité. Ci-dessous, dans le clip de Magnet (il ne s’est pas foulé pour le titre), il s’amuse tranquillement avec un ReacTable tel Tom Cruise dans Minority Report. (Une application Android existe, je vous la conseille fortement)

Oliver Huntemann peut être étiqueté « grand artiste », il possède un son propre, une identité sonore. Il privilégie la structure et la dramaturgie dans ses compositions, ne se reposant pas simplement sur une bonne trouvaille ou une loop entraînante. C’est un artiste qui écrit des histoires, un artiste qui a su se renouveler au fil des années tout en apportant un nouvel univers à la musique électronique. C’est sans aucun doute un des producteurs les plus importants du mouvement techno et un Dj qui mérite amplement sa place dans la programmation de cet anniversaire depuis Play2, son live d’anthologie au Rex en 2008, mais surtout pour l’amour qu’il porte à Paris. Rendez-vous le 31 Octobre pour lui rendre cet amour et partager une soirée dans les ténèbres au coté d’Huntemann, Dusty kid, The Driver et Electric Rescue.