Les italiens ont souvent manqué de producteurs renommés (je précise que les Bloody Beetroots sont hors catégorie). L’avènement de la techno moderne en Italie est probablement due à cet homme, Paolo Alberto Lodde, plus connu sous le nom de Dusty Kid. Originaire d’une petite ville italienne, le jeune homme se révèle être un petit prodige au violon, ce qui lui a probablement permis d’acquérir une telle aisance pour la composition. Après une brève aventure classique, DK se lance dans la production électronique et produit son premier single I Found A Reason à 19 ans sur l’étiquette anglaise Lowered Recordings.

En 2006, il revient à la charge avec son projet solo. Sa première sortie fut New Ordinament EP sur Motivo, suivie en 2007 de plusieurs parutions sur des labels très en vogue comme Boxer Recordings (Anatome EP Vol.1), Kling Klong (Signal ’63 EP), Systematic (Tsunamy EP) et Southern Fried Records (The Cat/The Kitten EP). Toutes ces parutions se sont retrouvées dans le top 10 de plusieurs DJs à travers le monde et font toujours des ravages sur les plateformes digitales, chez les disquaires et au milieu des sets.

Ce n’est qu’après ces nombreux succès que Dusty Kid s’essaie aux LP. Son premier album est même probablement le plus grand succès de l’Italien : A Raver’s Diary, sorti chez Boxer recordings en 2009. Vous le connaissez tous, et les tracks Lynchesque, Cowboys, America et tutti quanti ne sont certainement pas un secret pour vous. Avec la sortie de son premier album, Dusty Kid s’affirme comme étant un producteur extrêmement polyvalent, en nous proposant un véritable mélange des genres : une sorte de techno éclectique aux influences des années 80 et de l’acid house, le tout avec une certaine touche minimale.

Son second LP, Beyond That Hill, suit les traces de son premier album. Rien d’étonnant, Dusty Kid s’affirme comme l’un des plus grands producteurs de sa génération.

Tout le monde se souvient encore de son premier LP, A Raver’s Diary, dont certains morceaux ont probablement figuré parmi les « vingt cinq les plus écoutés » de vos baladeurs. Suite à quelques collaborations avec les labels Kling Klong ou encore Craft Music, Dusty Kid nous avait annoncé la sortie de son troisième LP. C’est pour le plus grand plaisir de nos tympans que la tracklist a été dévoilée en un long et agréable set d’une heure et cinquante deux minutes. Cet album n’est en effet pas découpé de manière coutumière car l’auteur invite l’auditeur à l’écouter comme s’il lisait un bouquin, à comprendre sa signification musicale et son message sentimental. De plus, son invitation ne coûte pas un rond en guise d’hommage envers ses fans. C’est tout de même agréable une telle preuve de respect mutuel entre le Kid et nous autres, ses frères anonymes.

Quelque chose me dit que le 31 octobre prochain nous en saurons un peu plus quant à son message de bonne foi. En effet, à l’occasion des 25 ans du Rex Club, Dusty Kid figure parmi les nombreux grands noms invités en cette fin d’année. Il jouera à cette date aux côtés d’Electric Rescue vs The Driver et Oliver Huntemann. Une soirée qui s’annonce éprouvante pour nos tympans !

Les places à gagner sont !