Pour le premier report de l’équipe, cap sur le Showcase et sur la soirée Cadenza Night.

Retour donc sur une soirée haute en couleurs (et en basses).

 

Samedi 6, l’annonce est faite : la soirée Cadenza étant cochée sur l’emploi du temps depuis longtemps, prêt à en découdre, nous partons au Showcase !

Au menu, étaient annoncés :

–       Ernesto Ferreyra

–       Kenny Larkin (excusez du peu)

–       Et, et surtout, Frivolous, en live s’il vous plaît !

Autant dire que cette Cadenza Night s’annonçait grandiose.

 

Sur place dès 1h30, première prise de contact avec le Showcase. La veste est déposée, mais les frileux auront vite fait de voir que ceux qui dansent ont déjà bien chauffé le stage.

Un premier set assuré, posé, chilly. Tout ce qu’il faut pour laisser Frivolous prendre le contrôle de la salle.

2h30 : les premières notes s’échappent. Quelques beats typiques de Frivolous sonnent le rassemblement des clubbers en manque d’électro expérimentale.

3h : « Allen Town Jail » résonne. Ça gronde chez les danseurs.

Il est là, chapeau vissé sur la tête, téléphone dans la main : Messieurs dames, son altesse Frivolous entre en piste !

 

C’est parti pour deux heures de live !

Jazzy, entraînant, planant, dansant, tout y passe.

Meteorology, son dernier album, est repris, remixé, retapé, pulsé.

On passe de mélodies planantes, à du très pulsé, « Ostalgia » (track magique) nous aidant à bouger comme il se doit !

Cerise sur le gâteau ? Le téléphone ! Et oui, c’est Frivolous himself qui s’occupe des vocal de ses tracks, via son petit combiné old school… et autant dire que la cerise fut belle !

5h : Après 2 heures de mix, Frivolous nous laisse sur un « Tuc tuc tuc » qui nous laissera donc encore un peu de magie dans les oreilles…. Avant la venue de Mr Kenny Larkin, un pape de la techno qui nous vient tout droit de Detroit !

Pour lui aussi, 2 heures de mix, moins planant que Frivolous, mais tout aussi efficace. De l’agressif, du corrosif, mais du très bon son.

7h30 : Messieurs dames, le rideau tombe. Les quelques personnes restantes rentrent, les oreilles qui grésillent, mais les yeux qui pétillent !

 

Merci encore à Frivolous, pour ce live de grand malade, ainsi qu’aux autres de la Cadenza.

Quant à toi, Showcase, un grand merci pour avoir accueilli ce beau label sur Paris. Et pour les amateurs de très jolis sons, rendez vous le 12 pour la Cocoon, toujours au Showcase!

Inutile de vous dire que la Delighted vous aura préparé un petit billet là dessus 😉

Stay tuned!