Encore un petit passage du côté de l’Allemagne parce qu’on apprend que Ray Kajioka a fini d’hiberner. Comme à son habitude, il puise son inspiration dans la belle techno de Détroit tout en conservant une identité musicale « RK ». Cette combine fonctionne et prospère, gratifiant ses morceaux d’un polissage d’orfèvre et d’une puissance solaire. Activiste de la scène techno depuis 1995, le berlinois revient donc aujourd’hui nous jouer de jolis tours et signe sa 8e sortie chez Kanzleramt.

Gravity submerge la piste de danse de bonnes humeurs, véridique les amis. Quelques chanceux pioupious de la Concrete du 7 avril dernier ont choppé l’aubaine d’entendre ce morceau mixé avec du Jim Morrison, une apothéose. On était d’ailleurs le 8 à ce moment-là. Ensuite, je pense que Rotatory est un bon choix pour faire découvrir la techno à un profane. Certes c’est répétitif mais qu’il comprenne que c’est entraînant, point. Aux abords saccadés mais au cœur bienfaisant, la paradoxale version dub mérite plus d’une écoute pour être savourée à sa juste valeur. On n’a qu’à dire que la variation est subtile et altruiste. Pour finir, je dirais que Fly respire l’intro minimale d’un set maximal, offerte avec le smile de M. Propre, le tout emballé techno. Agréable concomitance voyez-vous.

Bonne écoute.