Plassix est un compositeur suisse de 18 ans, vivant à Berne et qui répond au nom d’Andy Amstutz. Passionné par la musique depuis toujours, il joue du piano et de la guitare en tombant du landau puis s’inspire logiquement de ses artistes préférés. À 16 ans, il change d’orientation et s’achète un équipement électronique. S’en suit de nombreuses productions. Un jour, konschti (utilisateur Youtube ayant 10000 souscriptions) partage une de ses musiques et depuis lors, Plassix gagne en notoriété.

« J’ai du sang allemand, ma musique est donc énormément influencée par la musique allemande et j’aime tout ce qui est deep, harmonieux et mélodieux », me déclare le garçon.

Quand il est en manque d’idée, il traverse la nature et pense à tout puis à rien, à la vie, tout ça. On retrouve ce rituel chez Dominik Eulberg notamment.

La musique de Plassix se définit grossièrement par des samples charismatiques, des nappes enveloppantes et des beats House/Tech-House. Mais c’est surtout le choix des instruments principaux qui font la différence. Notez ces cloches de rêve par ici :

Polaroid est le réveil d’Andy. Étant croyant, il s’est amusé à inclure le discours d’un pasteur américain. Le message est grosso modo : Jésus sauve le monde de tout péché. Mettez vos soucis de côté, arrêtez de penser un moment et savourez :

Tout amateur qu’il est, il a de la ressource. Comme évoqué au début, il sait jouer de la gratte :

On dirait un vocal de Basshunter mais le reste est beaucoup trop charmant :

Une petite dernière avec un vocal assez bien découpé :

Pour conclure, je pense que cet artiste à un gros potentiel. Les rythmes sont simples et efficaces. L’émotion est bel et bien présente. Bonhomme à suivre.

J’écoute. Je m’abonne.