TRACKS – Toujours en quête de nouveautés musicales, le label Maquisards crée sa chance et déniche les talents de demain. Après avoir collaboré avec Mila Dietrich lors du premier confinement avec son EP Isolation et sa perception de l’enfermement, c’est au tour de PSOLA, musicien et producteur colombien de nous faire voyager à travers un univers bien à lui. Navigant entre le passé et le présent, PER ASPERA AD ASTRA a su toucher nos coeurs, parés au décollage?


Maquisard, dénicheur de bonnes ondes

Décidément le confinement a du bon pour le plurivalent Maquisards. Fondé à l’initiative de Sébastien Roch, la famille a su diversifier ses activités à travers différents formats. Organisateurs d’événements, agence de booking, éditeur ou encore producteur, le label n’en est pas rester là. La preuve avec le lancement de son festival en 2017 qui a réunit les plus grands ainsi que son concours BPM Contest mettant à l’honneur la nouvelle génération d’artistes de musique électronique. Pas étonnant donc qu’on aime s’infiltrer dans leur bureau pour y retrouver quelques pépites …

En bon jardiniers musicaux nous aimons et cultivons ce qui nous plait et nous séduit afin de ne pas tomber dans la monotonie… alors pour intégrer notre modeste jardin il suffit de proposer un projet qui nous touche, un projet sensible et musical.

Sébastien, Maquis irrésistible

Bon d’accord on n’a pas vraiment été fouiller dans les casiers de Maquisards, politesse oblige, quoiqu’il en soit le label a confié entre nos mains le premier EP de Psola, la Colombie a le vent en poupe.

Psola, melting-pot franco-colombien aux harmonies électroniques

Né à Bogota mais résidant à Paris, Juan a su faire une force de ce melting-pot dans une musique personnel reflétant ses origines. D’abord musicien puis guitariste dans un groupe de rock il intègre le conservatoire de Paris pour y étudier des études de musiques classiques et y découvre la musique électronique. Passionné par la composition, il devient Dj et producteur reflétant des influences des prodiges tels que Riley, Stockhausen, Ligeti ou encore Kraftwerk, Autechre et Alva Noto, qui ont fait son éducation.

Son deuxième opus chez Maquisards, est un véritable révélateur d’un style aux paysages sonores contrastés et organiques. Per Aspera Ad Astra allient parfaitement tradition et modernité au delà des couleurs et textures qu’il fait ressortir dans ses tracks.

Uncertainty Principle ouvre le bal et démarre l’histoire calmement en y posant les bases ou plutôt les basses. Notes à la volée et soupir distinct, c’est avec délicatesse qu’on entre dans l’univers bien particulier de notre artiste avant de s’engouffrer dans les profondeurs de Broken Symmetry. Un esprit deep dans un écrin de soi, on apprécie sa fluidité et ses résonances particulières. Une révélation qui nous pousse à poursuivre avec South By East.

Pas de manière, ses notes minimalistes nous enveloppent de douceur et son caractère d’une force sans faille. Event Horizon reprend le flambeau et confirme cette force qu’on retrouve dans une structure et une matière assez épaisse. Une ambiance mystique se dévoile alors et on passe de l’autre côté du miroir, dernier volet avec Hypersurface. Une jolie conclusion entre évasion et folie astrale.

On aime ce voyage sans foi ni loi, juste apprécier le moment et découvrir une planète, celle qu’on ne connait pas encore …


Se procurer l’EP : PER ASPERA AD ASTRA

Suivre Psola : SOUNDCLOUD / FACEBOOK

Suivre Maquisards : SOUNDCLOUD / FACEBOOK / LABEL