VINYLE – Pour ce 5ème épisode nous accueillons TONIO, jeune digger aguerri, fraichement installé à Paris et qui dispose d’une collection illimitée de vinyles dans son sac. Depuis son plus jeune âge, Tonio est bercé par les disques et CDs aux influences 80/90’s new wave/rock/garage, c’est donc naturellement qu’il a appris à apprécier différents styles musicaux. En constante recherche de la pépite qui le fera frissonner, Tonio n’hésite pas à y consacrer des heures en écoutant podcast sur podcast d’horizons variés. Auteur de plusieurs sets à succès, le jeune digger raconte une histoire en y amenant une énergie propre à lui. Aujourd’hui il nous présente ses plus belles découvertes et ses meilleurs anecdotes.


Alexandre : C’est quoi le vinyle sur ta platine en ce moment ?

Tonio : C’est un EP avec 4 tracks très cool , produit par Antoine Sy qui est à la tête du label Français BinarySound. J’avoue avoir un coup de cœur pour “Que Les Chiens” qui donne vraiment envie de faire la fête ! C’est énergique, avec un kick percutant, groovy, bien construit… tout y est pour en faire une belle bastos.

A : Est-ce que tu te souviens du tout premier vinyle que tu as acheté ?

T : Bien sûr ! Je venais juste d’investir dans mes platines. C’est un various avec une vibe house comme on les aime, avec notamment des tracks de Todd Terje, Leon Vynehall, Mr. G et Paul Woolford. Notamment ce classique :

A : Et quelle est ta dernière acquisition ?

Ma dernière acquisition c’est ce various sorti sur un label Hollandais sur lequel on retrouve 4 producteurs : Ben Balance, Julian Anthony, Kizoku et Le Louche. Les 2 derniers sont des producteurs Français qui font partie de cette nouvelle vague très prolifique et talentueuse qui explore l’univers house/breakbeat des années 90. Preuve à l’appui :

A : Plutôt Dig en shop, ou en ligne ? Et depuis combien de temps dig tu ?

T : Hybride – J’ai réalisé tous mes premiers achats dans des disquaires car ça permet de manipuler les disques, les écouter et surtout d’échanger avec d’autres personnes qui peuvent nous renseigner sur l’artiste en question, le label… c’est super intéressant ! Mais depuis maintenant 1 an je passe beaucoup de temps sur Discogs et je me suis vraiment rendu compte de la richesse de cette plateforme, je dirais que les 3/4 de mes achats sur les 6 derniers mois étaient sur Discogs.


Ici, une photo d’un des derniers disques que j’ai reçu

A : Quelle est l’anecdote la plus insolite sur l’une de tes pépites ? Parle-nous de ce disque.

T : Lors d’une commande sur Discogs, la réf d’un disque indiquait Trance/1994/Italie et à ce moment là je me dis que ces critères matchent potentiellement plutôt bien donc je le prends à l’aveugle. Je discute ensuite avec le vendeur (Namur du collectif Beau Mot Plage) et il me répond qu’il va retirer le disque du panier car c’est une énorme merde, qu’il s’est même marré en le réécoutant. Au final, il m’en a fait cadeau et en l’écoutant j’ai cru que le disque se foutait de ma gueule, ça correspondait pas du tout à ce que j’attendais mais c’est un joker car il est parfait pour lancer une chenille !

A : Le disque dont tu ne te sépareras jamais même si sa côte explose sur Discogs ?

T : Il y en a plusieurs dont je n’aimerais vraiment pas me séparer mais si je dois en choisir un que j’ai acheté récemment ce serait celui-ci : The Goodlover Brothers – The Big Score. Une progressive house de toute beauté du milieu des années 90.

A : Le disque le plus sous-côté que tu as dans ta collec ?

T : Ce disque est vraiment plus qu’abordable avec un prix moyen sur Discogs à 2€ mais pour le coup je le trouve magnifique, en particulier ces 2 versions “The Hassel – Blader Mix” et “The Crowning King Mix”. Impressionnant de voir ce qu’on était capable de produire à une époque (1988) où nous n’avions pas autant de machines, synthés etc qu’aujourd’hui.
Bonne écoute :

A : Le disque que tu as le plus cherché ? Le disque que tu cherches encore ?

T : J’ai d’abord cherché l’un des sons de ce disque après l’avoir entendu dans un set lors d’une édition du Sarcus Festival. Ensuite, après pas mal de recherches, j’ai pu trouver la réf du disque mais il est malheureusement vendu à un prix trop élevé donc pour l’instant inaccessible.

T : Je le cherche encore et cela depuis plusieurs mois mais il a dû être très peu pressé car il y a peu de copies référencées sur Discogs et il a donc tendance à partir très vite…

A : Le disque d’un artiste que tu viens de découvrir ?

T : Un EP sorti très récemment sur Shinuchu Records qui est un sous-label du label Sentaku. 6 morceaux aux influences distinctes, on y retrouve ainsi de la house, de la progressive trance et de la techno ambiance 90’s, structurés autour de passages breakés et acidulés parfaitement maîtrisés. Chaque morceau de cet EP établit une suite logique de l’évolution d’une soirée. Un must-have !
Peaktime, atmosphère bien rave :

A : Combien serais-tu prêt à mettre pour un disque / A quelle occasion as-tu le plus cassé ta tirelire pour un vinyle ?

T : Honnêtement pas évident de se fixer une limite… c’est très dépendant de l’état d’esprit au moment du dig, l’état du disque et bien évidemment l’aspect rationnel. Par exemple, s’il y a plusieurs disques qui m’intéressent à des prix abordables, je vais probablement préférer prendre plusieurs disques qu’un seul qui coûte excessivement cher.
La situation sanitaire m’a cependant poussé à casser ma tirelire un bon nombre de fois pendant les confinements.

A : Parmi tous les DJs dont on voit les « vinyl walls » en ce moment, quelle collection te fait le plus rêver et pourquoi ?

T : Alors pas eu l’occasion de voir leur vinyl wall mais sans hésiter ce serait Laurine & Cecilio. Pour la simple et bonne raison qu’ils ont une collection de vinyles qui leur permet de voyager entre tous les styles et qu’à chacune de leur sortie ils lâchent des trucs que t’es pas prêt d’oublier !

Extrait d’un de leur passage au Café Barge, pépite sur pépite :

Pour finir et voir si tu as bien retenu cette petite leçon de digger made in Tonio, un des disques présentés dans cet article est joué dans le set qui suit, à toi de le trouver :


Suivre Tonio sur FACEBOOK / INSTAGRAM / SOUNDCLOUD