EP – On se dit parfois que pour bien décrire il suffit d’écrire de simples mots. Mais on vous assure, ce n’est pas si facile. Lorsqu’on vous livre des chef-d’œuvres aussi phasant que le nouvel EP de Joe Lewandowski, les mots se doivent d’être à la hauteur des émotions. Sorti le 19 février dernier sur le sub-label de Mesma Records, Amsem, l’opus Ordinary Things And Other Problems continue encore aujourd’hui de nous ôter les mots de la bouche.


Voilà la troisième fois qu’Amsem nous invite à voyager aux côtés de Lewandowski. On commence à se demander si Joe ne serait pas en réalité une agence de voyage finalement. Souvenez-vous, en août 2020 nous l’avions rencontré pour sa sortie d’EP Icarus qui nous invitait déjà à naviguer entre ciel et mer. Pour cette composition musicale composée de quatre tracks aux styles house, dark-disco et post-punk, Joe nous convie à rester danser jusqu’à la fin de la soirée.

Cette soirée débute d’ailleurs avec le track Stormy Eyes. Son rythme préoccupant s’accélère au fil des secondes et entraîne son synthétiseur à bourdonner. Une sonnerie aux allures d’une église retentit à plusieurs reprises avant d’être succédée par le son d’une guitare électrique. Ce titre nous chaufferait presqu’à prendre l’autoroute, les mains serrées contre le volant à regarder droit devant soi jusqu’à ce que la nuit s’éclaircisse.

Notre destination serait-elle l’Italie ? Reggazi nous en donne bien l’impression. Deuxième son de l’EP, Lewandowski continue dans la même lancée que Sormy Eyes avec ce rythme entraînant et les synthétiseurs ronronnant. Une voix masculine parlant l’italien ajoute une pincée d’italo-disco qui donne bien envie d’apprendre la langue.

Qu’il soit italo ou dark, le disco persévère avec la prochaine musique mais cette fois-ci de manière plus mélodieuse aux synthés phasants. Les basses et la batterie s’harmonisent donnent un aspect intemporel. Le piano et la vocale pimentent la sauce avec un peu de groove et donnent un vrai goût de Bitter Sweet.

Ça y est, c’est la fin de la soirée et les plus obstinés déplacent lentement leurs corps sur le dernier titre Kingdom of Love. Les percussions gardent le ton de l’identité de l’EP mais les synthés et les basses se font plus lentes et discrètes. La mélodie prend possession de notre état, du moins ce qu’il en reste, en absorbant toute énergie. À la fin du titre nous n’avons qu’une seule envie : refaire la même soirée.


À suivre :
Amsem : Facebook / Instagram / Youtube / Soundcloud / Bandcamp
Joe Lewandowski : Facebook / Instagram / Resident Advisor / Soundcloud

À écouter :
Ordinary Things and Other Problems