« Memories from the past get back to us. Similar situations that come to mind, reminding rhythms that have already been marked, energetic and engaging. Without a stop, establishing a strong connection to the source. We follow the path. »

Nexe – ou Nexus – est un projet formé par le duo espagnol Samot et Surit. S’ils manient avec brio la techno (pour preuve, leur passage mémorable à la Machine du Moulin Rouge en 2013 ou leurs tracks de l’an passé), ils n’oublient pas pour autant d’accompagner leurs releases de manifestes à la manière des artistes du XXe siècles, et d’œuvres visuelles minimalistes (des grids, des lignes, du géométrique en bataille).

Plutôt que de s’embarrasser d’un titrage complexe, ils préfèrent sans détours nous livrer une œuvre numérotée, par track et par release. Toujours sombre, toujours techno. Aujourd’hui, nous vous proposons de découvrir la 7e, sortie depuis quelque jours sous la forme d’un beau vinyle blanc : NX1 07.

[soundcloud url= »https://api.soundcloud.com/playlists/63152049″ params= »auto_play=false&hide_related=false&show_comments=true&show_user=true&show_reposts=false&visual=true » width= »100% » height= »450″ iframe= »true » /]

Trois tracks, 19, 20 et 21, invitant successivement dans trois univers brutaux, nerveux.

La première piste, 19, est fascinante pour la sensation qu’elle transmet, véhiculant une impulsion grandissante, frémissante, vibrante. Elle brille toutefois aussi techniquement par sa double rythmique efficace, où un snare qui ne saurait se taire semble se lancer dans une course effrénée pour supplanter un kick lourd et violent.

20, par contre, prend une dimension plus organique. Menée encore une fois par un LFO créant une sensation de spatialisation – allant et venant – elle se démarque par une ligne de basse étrange, crépitement de bulles sonores en préparation à une explosion finale.

Enfin, 21. Comme toujours, un morceau sort du lot. Pour cette release, c’est bien ce dernier track qui attirera notre attention. Même si le track reprend des basiques techno sans franchement les repenser, on apprécie la rythmique propre, l’élan d’une énergie pure musicale. Même compressée à l’extrême, elle sait se relancer avec l’arrivée lente mais salvatrice d’un son de synthé onirique…

En bref, oui, la techno espagnole n’arrête pas de nous surprendre. Si Exium et Architectural ont su nous convaincre par leur force et richesse musicale respectives, le duo de Barcelone fait également partie de ces grands de la péninsule ibérique qu’il serait bien dommage d’ignorer.

Décidément, vive l’Europe Techno.

À suivre sur http://nexerecords.com

NX1-2