INDUS – Le troisième Various Artist du label NORMATIVE a provoqué un véritable cataclysme ces derniers jours. Une release automnale qui risque de faire baver les adulateurs de techno indus. De cette fusion entre artistes Est/Ouest en résulte une arme nucléaire ! Bon courage.


Chiffre porte bonheur, ou pas, treize tracks tout aussi féroces les uns que les autres composent cette compilation. Rafale de balles chargées par quinze mitrailleurs de nationalités différentes, représentant les deux parties du continent. À l’Est nous retrouvons les bulgares Tølr, Tømmy Mørk, KMRV, ainsi que les hongrois Rot & Insect. Du côté de chez nous, comptez sur les frenchies pour vous dévorer les tympans : Løuise, Rorganic & Ogmah, Bløc, Neagles, Whøman et Rabbeat. À ces derniers se joignent les britanniques High Speed Violence, Nock, et Torr3.

Ce label fondé par Tølr en 2018 se concentre sur la techno industrielle et hard, avec pour objectif la promotion de jeunes talents. Une armée de soldat prêt à vous en faire baver à travers cette direction artistique au goût du jour.

Armé de kicks saturés, Tølr ouvre ce bal des enfers avec un track plus que ténébreux. Déguisé en arracheur de dent, la douleur qu’il vous infligera aux tympans sera telle que vous n’entendrez plus votre mère lorsqu’elle vous dira de venir à table. Drop à 3min26… le bulgare vous souhaite la bienvenue en enfer avec un tempo donné par des sonorités grésillantes brutes de décoffrage.

Récent fondateur du label Foscor Records, le résident Normative nous donne l’impression de galoper sur un cheval flambant. Basses tumultueuses et bruits d’épées vous plongeront dans l’univers propre à cet artiste émergent originaire de Bulgarie, lui aussi.

Poursuivons avec la Team Bulgarie. Agé de ses 22 ans, KMRV nous pond une bastos intitulée Ruthless qui porte bien son nom au vue des 7min26 de barbarie. Comme s’il s’acharnait à coup de marteau sur le crâne des morts vivants qu’il aurait malencontreusement réveillés avec cette piste mortelle.

La résidente de Jaded London s’illustre dans ce solide VA avec un morceau tout aussi mélodieux que mélancolique. High Speed Violence, rien à ajouter, tout est dans le nom de l’artiste. Ce voyage spatial vous emportera dans une galaxie encore inexplorée, bon vol !

Le français, s’inspirant de sonorités hardcores et rapides, a encore frappé avec Cocaine Heart. Ses 150 et quelques BPMs vous feront monter les pulsations cardiaques comme un étalon gainé prêt à en découdre. Ce banger industriel vous fera plus d’effet que n’importe quelle autre substance, le drop à 6min… montée d’adrénaline garantie.

Le british, lancé dans la production depuis 1 an et demi, tient à attirer l’attention avec ce son provenu tout droit des abysses. Ces vocales oppressantes vous donneront l’impression d’être pris au piège dans un placard à balai. Pour en sortir, bon courage !

Récemment joué par Ayarcana lors de sa dernière performance sur Hör, ce morceau aux vocales sataniques vous fera faire des cauchemars dès le premier drop. On reconnait bien la petite touche hard rock métal de Rorganic. Ogmah vient ajouter son style destructeur pour effrayer les plus fragiles d’entre nous. Cassage de nuques à la régulière. Arme de destruction, rude et agressive, âmes sensibles s’abstenir.

Mama mia ! BLØC ne vous laisse aucune chance avec cette pépite sortie directement de l’usine. Noisy Machines vous déboulonnera le cerveau à 2min03. Le rennais frappe un gros coup, tout comme les basses vrombissantes vous martèlent le cerveau.

Fidèle à lui-même, le nouveau résident d’Inception ne nous accorde que très peu de répit dans cette invitation à la danse. Ce nouveau banger de Neagles va très certainement marquer les esprits, comme le dernier drop a marqué le mien.

Whøman a demandé à La Lune si elle voulait encore de lui, il semblerait que non vu son énervement dans ce morceau hostile qui vous cisaille les oreilles. Le marseillais n’a pas exagéré sur la lourdeur du kick avec ce track qui devrait ravir tous les fans de break.

RAßßeAT pas content ! Un track plein de rebondissements qui vous plongera dans une ambiance explosive avec ces kicks semblables à des claquements de porte. Le résident Dusk Records va encore faire parler de lui avec ces vocales de fond qui vous bercent comme un prêtre tente d’apaiser un démon.

Les deux artistes hongrois n’ont aucune peine avec cette bête du nom de Danubius. ROT et INSECT ont associé leur côté obscur pour deux fois plus de ténébrosité. Un homme appelle la mort dans cet hymne satanique, très certainement qu’il a dû croiser le regard de la faucheuse vu les sonorités stridentes qui règnent tout au long de cette track.

L’artiste britannique vient clore ce VA par une track solide, tout aussi brutale que le reste, mais avec une mélodie accrocheuse qui ne vous donne pas envie de passer au morceau suivant. Ça tombe bien, il n’y en a pas. C’est comme si vous étiez pris au piège dans une dimension parallèle entre les étoiles filantes frôlant votre tête. Bises les stars !


Suivre Normative sur Facebook, Instagram et Soundcloud