Renaissance – Dans les Hauts de France, le festival de référence s’appelle NAME et il est porté depuis 2005 par l’excellente agence Art Point M. C’est un rendez-vous ancré dans le territoire sur lequel il évolue et qui défend une vision créative et ludique de ce que doit être un évènement de musique électronique. Malheureusement en 2020, le NAME a – comme beaucoup d’autres – été victime de la pandémie et a été reportée aux 8 & 9 octobre 2021. Comme pour oublier la noire année qui a vu s’installer la maladie, le NAME 2021 est ainsi la reproduction conforme de l’évènement tel qu’il avait été pensé à l’origine par Art Point M. Bien tenté petit virus, mais tu n’empêcheras pas Nina, Paula, Jennifer, Ellen et les autres de venir retourner du dancefloor dans les environs de Lille et Roubaix ! Reporter un évènement d’une telle ampleur n’est pas chose aisée, aussi nous avons demandé à Sabine Dutoit d’Art Point M de nous raconter comment toute cette séquence s’est passée. Ses réponses chargées de positivité, d’énergie et d’espoir laissent déjà augurer d’un cru d’exception, pour le festival dont NAME est le nom.

______________________________

TF : Bonjour Sabine, merci de répondre à nos questions, on est ravis de te recevoir sur Delighted !

S : Plaisir partagé d’être accueillie chez vous.

TF : Après le report de l’édition 2020, le NAME 2021 ouvrira le 8 octobre, comment se passe l’organisation avec ce contexte sanitaire pour le moins « variable » ?


S : L’édition d’octobre est le report de 2020. Tous ces mois de confinements et déconfinements successifs, nous avons discuté et travaillé avec d’autres festivals – via nos fédérations France Festivals et Deconcert – réfléchi ensemble aux différents protocoles sanitaires, préparé, programmé, annulé ou reporté une fois, deux fois pour certains. Notre métier, c’est de faire et de s’adapter. Nous l’avons déjà vécu avec les attentats, alors nous pouvons le faire avec cette pandémie et avec des outils comme le pass sanitaire : test ou vaccin. En ce qui concerne le NAME prévu en octobre, les protocoles sont prêts, reste à savoir celui qui sera d’actualité. Nous sommes optimistes alors on avance, mais nous avons aussi appris à être prudents d’autant plus ces derniers jours avec la menace du fameux delta et l’augmentation des contaminations. Nous sommes ici convaincus que la vaccination est la bonne réponse pour lutter contre ce virus et ses variants et donc forcément pour vivre et sortir au cinéma, au théâtre en passant par les bars et les restaurants, et les festivals bien sûr.

TF : Vous avez organisé en mars un sondage auprès du public sur les conditions d’accueil possibles pour 2021, était-ce un passage obligé pour avancer ? A cette heure, quelles conditions d’accueil du public envisagez-vous ?

S : Comme beaucoup de festivals, nous avons sondé notre public aux moments des discussions autour du pass sanitaire. Si nous pensions à l’époque que c’était un outil moderne, le temps de l’immunité collective, il nous semblait juste d’interroger les festivaliers, de leur demander tout simplement leur avis. Les résultats ont été très nets en faveur du pass, idem sur le port du masque. Ce sondage montre également que la jeunesse est clairement responsable, au cas où certains l’auraient oublié …
En ce qui concerne le NAME en octobre, si on se réfère aux phases de déconfinement progressives, au 30 septembre, plus de pass, plus de masque, plus de réduction de jauge … Mais comme je le disais plus haut, nous avons appris à être prudents avec ce virus, donc impossible de te dire aujourd’hui quel sera le protocole en cours à l’instant T.

TF : Avec tout le travail que représente le montage d’un festival comme le NAME, peux-tu nous décrire dans quel état d’esprit vous vous trouvez au moment où vous prenez la décision du report l’an dernier ? ça a dû être un vrai crève-cœur pour toute l’équipe d’Art Point M ?

S : J’avoue oui, nous avions vécu de près les annulations en chaîne des copains et des copines et nous arrivions dans la seconde vague. C’est aussi le moment où de manière générale tu commences à voir tout en noir comme tout le monde. Ceci-dit, tu es face à une pandémie, donc pas de regret à faire un report, c’est comme ça et il faut l’assumer. Il faut dire aussi qu’il y a eu une belle solidarité autour de nous et du festival, les tutelles ont été présentes et les partenaires aussi. Indispensable pour tenir le choc.

TF : Arrêter une date pour la tenue de cette édition 2021 n’a pas dû être simple également, à quel moment cette année vous êtes-vous dit « on y va, ça va le faire » ?

S : En septembre 2020, on est passé directement à l’édition 2021 sans rien se dire du tout ! En mode on verra bien, bossons et collaborons avec les fédérations et avançons par étape.

TF : Il y a une très belle affiche pour cette édition 2021, est-ce plus difficile de faire venir des artistes internationaux comme Âme, Nina Kraviz ou Paula Temple en cette période de pandémie ? Y’a-t-il des artistes que vous ne pourrez pas faire venir par rapport à ce que vous aviez prévu en 2020 ?

S : Nous sommes sur un report de programmation. Les artistes et leurs agents ont vraiment joué le jeu avec nous, et le public aussi dans cette nouvelle aventure du « report ». On n’avait jamais vécu ça, maintenant on sait le faire. La prog est européenne – précaution 2020 – je ne pense pas qu’il y aura des problèmes à les faire voyager, d’autant qu’ils et elles se font vacciner.

TF : On voit un couple de personnes âgées qui s’embrassent sur l’affiche de cette édition à venir, peux-tu nous parler de ce choix de visuel ?

S : Depuis le début du festival, on a chaque année un papy et une mamie sur nos affiches, petit clin d’œil aux aînés et forcément aux relations entre les générations.

TF : Art Point M est attaché à la transmission et à l’aspect pédagogique dans ses divers évènements, y’aura-t-il des masterclass pour les scolaires de nouveau cette année ? Cette dimension est-elle encore importante après cette crise que le pays, et votre territoire, ont traversé ?

S : Carrément. Nous avons créé les premières masterclasses pour les plus grands, mais aussi pour les plus petits, dès 2007. Aujourd’hui, l’academy du NAME reçoit plus de 650 collégiens et lycéens en classes.
On y danse avec des capteurs, on fait des orchestres de push, on se relie avec des électrodes, on mixe, bref ça s’éclate. Ce sont de jolis moments de découverte et pourquoi pas de futures vocations. En octobre, nous rajoutons un module au conservatoire de Roubaix avec des ateliers de construction d’objets sonores et lutherie numérique en intégrant des enfants en situation de handicap.
Et bien sûr, si ces projets étaient importants hier, ils le sont d’autant plus aujourd’hui.

TF : Sentez-vous une attente particulière de la part du public par rapport à la tenue de l’édition 2021 ? Est-ce que ça trépigne d’avance dans les Hauts de France ?

S : Oui ça trépigne comme partout d’ailleurs et ça a envie de sortir et faire la fête. Fête résumée à « bamboche » et qui a particulièrement été stigmatisée ces derniers mois alors qu’on sait bien que les moments de réunion collective sont indispensables. Je ne peux pas préfigurer les attentes du public dans les prochains mois d’autant que ça déboule de partout entre les open air, les terrasses, festivals en région et ailleurs en Belgique et c’est tant mieux !

TF : Pour parler des activités d’Art Point M plus largement, qu’a modifié cette année sans évènement dans la conception de vos futurs projets ?

S : Entre annulations et reports, finalement on n’a pas chômé. Il fallait aussi pouvoir se projeter et donc inventer ! La très bonne nouvelle est que nous allons entrer à nouveau en création avec le nouveau spectacle de Fanny Bouyagui, notre boss et artiste. Ce sera pour février 2022 et au 104 à Paris.

25 et 26 Juin 2021 Carte blanche culinaire à Fanny Bouyagui , avec Maxime Schelstraete

TF : Un mot sur les projets 2022 et / ou l’édition NAME 2022 en guise de conclusion ?

S : Et bien cette nouvelle création dont je viens de parler mas aussi pas mal de perspectives qui sont en train de s’écrire et de se confirmer, je te dirai ! Si les planètes sanitaires s’alignent à la rentrée de septembre, ça va dépoter et c’est tant mieux car on aura bouffé du lion.

_______________________________

Billetterie NAME 2021 ici

Suivre le NAME FACEBOOK / INSTAGRAM

Suivre Art Point M FACEBOOK / INSTAGRAM