Avant il y a quelques jours, le label White Rose Records m’était inconnu, tout autant que le producteur espagnol de la deuxième sortie de l’écurie, Miki Craven. Label originaire de Barcelone, White Rose Records fait partie du projet The Dead Rose Records Project, qui aspire à imiter les aspects hypnotiques de la techno de Detroit des années 90 en y mélangeant les sonorités dub nées à Berlin à la même époque. Un projet ambitieux mais vous le verrez, très bien réussi.

MIki_Craven_600

Lorsque je suis tombé dessus dans un disquaire non loin de la place de la Bastille, j’ai d’abord été intrigué par la beauté du macaron. J’ai sorti le disque de sa pochette et ai fait tourner la face A. J’ai entendu Life is Back, sonorités extrêmement profondes accompagnées d’une ligne de basse haute en fréquences, le tout sur des percussions techno. Intéressant, mais j’attendais quelque chose de bien plus pêchu, c’est le « Detroit Mix » de ce titre qui s’était glissé sur cette même face qui m’a littéralement scotché. C’était puissant, énergique et si dansant qu’on m’a certainement pris pour un fou dans le shop.

Vous allez me dire, mais où sont les sonorités dub évoquées au-dessus? Sur l’autre face se trouve Vicari, un titre dub dont seul Dub Chronicles a le secret, du moins c’est ce que je croyais.
Je vous laisse tendre l’oreille sur cette superbe sortie made in Barcelona :