THROWBACK – En 1993, deux univers d’un bout à l’autre de l’Atlantique se rejoignent sur le même vinyle. Richie Hawtin et le duo L.F.O. sortent Loop, un EP qui ne cesse de tourner en boucle dans nos têtes.

Sur la planète Terre, trois hommes ont sorti un disque en 1993. Sur la planète Techno, sept lettres et un peu de ponctuation l’ont fait. Richard Michael Hawtin rencontre Mark Bell et Gez Varley lors d’un déplacement en Grande-Bretagne. L’un bouscule les grands de la communauté noire de la Techno de Detroit, les deux autres sont les pionniers de la Bleep-techno en Angleterre.

F.U.S.E. pour Futuristic Underground Subsonic Experiments

Hawtin vient de créer son label Plus 8 et produit de nombreux morceaux sous une myriade de pseudonymes différents. Il est intéressant de noter ces morceaux composés par l’un de ses alias, remixés face A par un deuxième alias, face B par un troisième alias. Lors d’une de ses crises de techno schizophrénique aigües, Richie décida notamment de créer un alias particulièrement prolifique: F.U.S.E.. Parce que tout a un sens caché en musique, ce pseudonyme signifie « Futuristic Underground Subsonic Experiments ».

L.F.O. pour Low Frequency Oscillator

Mark Bell et Gez Varley ont formé leur duo en 1988, et choisissent eux aussi un acronyme pour dénomination: L.F.O.. Celui-ci cache moins son sens. Il vient du Low Frequency Oscillator présent sur tous les synthés, un générateur d’oscillation très basse fréquence pour commander des modulations lentes et périodiques sur un signal sonore.

Avoir plus d’un tour dans son track

F.U.S.E. et L.F.O. sortent un EP sur lequel un morceau est décliné en deux mix: face A le LFO Journey Mix, face B le F.U.S.E. Mix. Les deux faces sont radicalement différentes. La première est très molle dans un premier temps, et peut évoquer un monde fait de pâte-à-modeler où l’auditeur s’enfoncerait à chaque pas comme dans du beurre fondu. Puis, le rythme s’installe et rigidifie peu à peu les parois de notre univers alors métamorphosé en royaume de Kouign Amann. Le dernier tiers de la track  inspire le bien-être, la satiété, le plaisir, l’harmonie qu’il crée est solidement encrée dans notre esprit.

L.F.O. Journey Mix

La deuxième est elle très rythmique. Une ligne de basse saturée, un bpm plutôt élevé (132) et une mélodie très minimaliste. Cette track est devenue un morceau mythique, joué par de très nombreux artistes. Il fait parti de ces quelques morceaux à pouvoir déchainer les pistes de danse house comme techno. Aux premières notes, les sourires s’élargissent, les poils se hérissent et les mains applaudissent. Un morceau du plus bel effet en somme.

F.U.S.E. Mix