De tous temps, les sociétés ont eu besoin de sacré. Toutes se sont construites autour des croyances et des religions. Aujourd’hui, le monde moderne et sa société de consommation nous cassent gentiment les pieds. Et la génération qu’on représente a soif de renouveau dans sa quête du sacré. Pour beaucoup d’entre nous, c’est ça qui nous pousse à aller nous défouler sur un dancefloor : in techno veritas (la vérité se trouve dans la techno).

Le temps passe mais les choses essentielles restent là : la techno, qui cherche à faire vibrer les foules en réduisant à son plus strict minimum les sons qui la composent, ne bougera pas. Et notre passion pour elle non plus.

 

Vendredi 11 décembre

Nick Höppner – Who needs action : au Rex, avec Schlømo et Don Williams.

Alex.Do – Concrete : à la Chaufferie de La Machine du Moulin Rouge.

Bleak – Sixteen Crude : aussi à la Chaufferie de La Machine du Moulin Rouge.

Zadig – Mod 40 : et encore un à la Chaufferie de La Machine du Moulin Rouge.

Nathan Fake – The Sky Was Pink : en live au Virgo, Juan Atkins joue dans l’autre salle.

Samedi 12 décembre

Sterac – In Circles : à la soirée OFF dans un lieu tenu secret, aux côtés de Fabrizio Lapiana, Ritzi Lee, Ed Davenport, SNTS et NX1.

Randomer – Bring : aussi à la OFF.

Mike Huckaby – Basement Trax : à la Java pour la soirée Mona Masquerade.

Arnaud Robotini – The Spirit of Boogie : au Showcase avec Hot Chip.

Tama Sumo (et Prosumer) – Play Up : la résidente du Pano à la Flash Cocotte à l’Espace Pierre Cardin.