Les protagonistes d’une scène musicale sont nombreux. Labels, clubs, collectifs, danseurs, toutes ces entités forment les organes de ce corps qu’est la scène parisienne. Comme tous corps, il se porte plus ou moins bien selon l’état de ses organes. Comme tous corps, certains de ses organes font ressentir leur présence plus que d’autres. À partir de cette métaphore, les artistes seraient donc le cœur de la scène, organe central et indispensable pour la survie du corps. Les clubs seraient le foie (la métaphore est vaseuse, on en conviendra, mais bon, je n’ai pas fait médecine). Les collectifs sont les poumons, apportant un souffle nouveau quand le reste vieillit.image (4) Mais tout ces acteurs, sans que cela soit volontaire, volent souvent la vedette à un autre organe qui s’en retrouve sous-estimé, ou plutôt oublié. Les reins, ces organes qui savent se faire discrets mais qui n’en sont pas moins indispensables. Les reins sont les résidences, véritables filtres musicaux, ils donnent à la scène sa qualité au jour le jour. Dans l’ombre des clubs et des artistes qu’ils promeuvent, les résidences se font discrètes, humbles et essentielles. Ne nous voilons pas la face, les collectifs et clubs raflent l’attention par leur médiatisation, tandis que les résidences sont souvent complètement inconnues du « grand public ». Mais le verdict est sans appel, sans les reins, c’est rapidement la merde.

Alors aujourd’hui, vous l’aurez compris, on vous parle d’une résidence. Encore mieux, on vous parle d’un anniversaire. Encore mieux, de l’anniversaire d’une résidence.

image

Le fumoir dans toute sa splendeur

Hello, c’est un rendez-vous mensuel qui a aujourd’hui cinq ans. C’est le gage d’une tranche de bonne humeur, d’une grosse décharge de son et d’un vendredi matin la tête sous l’oreiller. Sondage : Qui ne s’est pas retrouvé dans ce fameux guet-apens du jeudi, à la Hello du Rex Club, sans même le savoir ? Au milieu de trentenaires en costard qui sortent du café Oz, d’étudiants en IUT, d’habitués des lieux et de clubbers en vacances (ou pas), on s’est tous fait la même réflexion :
« Putain, c’est top comme soirée ! C’était vraiment n’importe quoi… »

Et oui, car finalement, le jeudi est souvent une occasion de sortir de sa zone de confiance, de briser les habitudes et provoquer le destin. Entre un club blindé le vendredi où une grande partie du public semble très pressée d’aller quelque part (Où, je ne sais pas, mais ils y vont : Spéciale dédicace à toi, jeune demoiselle qui fend la piste tel un brise lame en tenant ta copine par la main) et un jeudi sans pression, où détente est le maître mot, le choix est finalement plutôt simple. Surtout quand l’ambiance est au rendez-vous.

Hello à mis les pieds pour la première fois au Rex Club en janvier 2009. Sous la tutelle du DJ Parisien Greg Pepperpot, les jeudi soirs n’étaient plus les mêmes.

Une fois par mois, le Rex dis bonjour à des acteurs de la scène musicale électronique internationale. La première année est plus que prolifique, avec la venue du label allemand Diynamic, de l’Hollandais Remote Area ou encore de la soirée londonienne Secret Sundaze. L’année suivante c’est au tour des labels New Yorkais ReSolute et Wolf & Lamb, et la première de Ryan Elliott ou de Soul Clap au Rex. Les débuts sont florissants : Mark Henning, Lee Curtiss, Vera… Hello devient l’assurance d’une programmation de qualité un soir de semaine (ou de pré-weekend, ça dépend comment vous voyez le truc).  Histoire de se mettre dans l’ambiance pour la fin de la séance lecture, voici un des sets de Greg Pepperpot à l’occasion du premier anniversaire d’Hello (Et mention spécial au Pain In The Ass de Nina Kraviz, rudement bien placé).

Pepperpot – Hello 1st B-Day @ Rex Club (January 2010) by Pepperpot

Un de la « petite » cinquantaine qu’il a joué dans le booth du Rex en 5 ans de résidence. Allez, vu la quantité, ça ne sert à rien de faire les radins. On vous laisse vous faire un idée avec un second, cette fois ci un peu plus récent.

Pepperpot – Hello @ Rex Club – Paris (December 2012) by Pepperpot

image-1

Karin & Greg Pepperpot – The birthday couple

Les années vont s’enchaîner, les noms (Subb-an, Praslea, Stimming, Avatism, Kalabrese, Sven Weisemann pour leur première venue à Paris…Tobias, Jay Shepheard, Nu, Masomenos…pour leur première au Rex…Prosumer, Move D, Dario Zenker, Cesare Vs Disorder, Jef K…), les grands moments (1200 personnes un jeudi pour la Hello Spectral, le set de Prosumer en 2011, la Hello Arpiar), et un bilan quantitatif à la hauteur du qualitatif. En cinq ans, Hello a booké plus de 150 artistes tout en devenant un soutien majeur de la scène locale (le Loup, Grego G, Gwen Maze, Céline, Ben Vedren, Marc Milner, Raphael, Clayton Guifford…). Sacrifiant la gloire de faire danser le weekend pour se concentrer sur un objectif bien plus noble, faire partager ses coups de cœur sans prétention, Hello a traversé les années, se bonifiant avec l’âge. Et comme cadeaux d’anniversaire, cette équipe de passionnés s’offrent : un samedi (une fois n’est pas coutume) avec Mind Against.
Elle invite aussi Avatism en live (qu’il performera au Panorama Bar trois semaines après) et le Hollandais Matthew Dekay. L’hôte sera bien sûr Greg Pepperpot, qui fêtera son cinquième anniversaire sous les projecteurs, bien entouré. Libre à vous d’aller lui souhaiter (Delighted insiste), des places sont à gagner par ici, alors pas d’excuse, see you there !

hello-rex-club