– THROWBACK TUESDAY – 2002, Drexciya sort Harnessed The Storm, un double LP qui nous plonge dans les remous tumultueux des profondeurs de l’Océan. Retour sur un monument de la culture électronique. 

L’eau : source de Drexciya

Drexciya est un des plus célèbres duos de la musique électronique. Sa notoriété, il la doit à sa musique bien entendu. Mais pas seulement. Outre la culture solide d’un anonymat, ses membres ont bâti un univers musical tout à fait singulier. Autour et dans leur musique, il n’est question que d’une vie sous-marine cachée. Celle des Drexciyans, une race peuplant les fonds de l’Atlantique qui est issue d’une esclave africaine enceinte qu’on aurait jetée par dessus bord lors d’un convoi de traite des noirs. Chaque EP raconte une petite histoire de ce peuple aquatique. Chaque album est une épopée acoustique sous-marine.

Des enregistrements live 

Mensonge ou vérité? Les membres de Drexciya ont toujours revendiqué enregistrer leur musique live en studio, et non en la programmant. Ce qui est sûr c’est que leur son est brut, riche et progressif.

Dans Harnessed The Storm, on a sept styles dans sept morceaux. Sûrement un clin d’oeil à l’expression « sept mers » qui correspondait au Moyen-Age aux mers Méditerranée, Adriatique, Rouge, Caspienne, Noire, d’Arabie et au Golfe Persique. Et que l’on a transposé plus récemment aux Océans Arctique, Antarctique, Indien, Pacifique Nord, Pacifique Sud, Atlantique Nord et Atlantique Sud.

Le plus techno c’est certainement le premier, Digital Tsunami. Le plus angoissant, Dr. Blowfins’ Black Storm Stabilizing Spheres! Le plus entrainant, Lake Haze. Le plus « effet slow-motion », Mission To Ociya Syndor And Back. Le plus énigmatique, Soul of The Sea. Le plus lyrique, Under Sea Disturbances. La plus « Underground Resistance« , Song of the Green Whale.

Digital Tsunami
Soul of The Sea
Dr. Blowfins’ Black Storm Stabilizing Spheres
Song Of The Green Whale
Lake Haze
Mission To Ociya Syndor And Back
Under Sea Disturbances