Je radote : la dub techno, c’est avant tout un contraste. L’arc-en-ciel devant la grisaille, l’excitation dans la tranquillité, le temps perçu par un enfant et son grand-père. Pour sa quatrième release personnelle, papa Aleksandr Martinkevič a composé deux morceaux qui relèvent de la perspective temporelle. Redscale 04 est en effet un classique du genre, or nous sommes en 2013. C’est contrasté quoi… Et pour en rajouter une couche, le support vendu n’est que ce bon vieux vinyle. Un bien beau d’ailleurs, noir marbré rouge. Alors pour les intéressés, il ne se vend déjà plus que sur Discogs. Sorti en août et en rupture de stock moins d’un mois plus tard, cela montre le respect et la reconnaissance de l’artiste, malgré la scène nichée dans laquelle il évolue.

Avec ses deux derniers bébés, EV 3 et EV 4, le lituanien use du joug de répétition de l’ensemble des patterns instrumentaux et en ajoute à minima au fil du temps. Sons entraînants pour les gambettes et accommodants pour les portugaises, leur auteur me souligne qu’ils ont été produits en deux jours. Cela faisait depuis plus d’un an qu’Alex n’avait pas eu l’occasion de se faire plaisir en studio et la sortie RDSCL04 était d’ailleurs planifiée avec deux autres tracks. Mais très satisfait des deux récents résultats, il a décidé d’accélérer la release en changeant son contenu. Voilà un mec qui ne se prend pas la tête et qui aime le pur processus de création, sans difficulté. Du plaisir dans l’aisance et l’efficacité.

Finalement, si vous jouez plusieurs fois les extraits ci-dessous, c’est parce que Grad_U est un champion de la linéarité musicale. De la dub T, de la vraie.

Bonne écoute.