Loin des débats sur l’éventuelle french-touch et sur la fête made in France, Antoine Husson – aka Electric Rescue – n’est pas le héros qui viendra à la rescousse de la techno parisienne : c’est sous les labels Gynoid Audio (Australie) et Credo (Allemagne) qu’il nous offre la release de deux EP aux drumkits ravageurs. C’est donc plutôt dans le monde entier qu’Electric Rescue répand la bonne parole techno.

On ne vous le présente plus. Du moins, on l’a déjà assez fait. Electric Rescue est un véritable artisan de la musique électronique comme on en compte peu, capable de passer d’une techno dub/dark à des instrumentales dans la vague lignée de Tangerine Dream. Nous vous proposons de parcourir ensemble ces nouvelles releases, et en particulier « Rotations », qu’il ne faudrait absolument pas rater.

Mais tout d’abord, il y a « Quarries », sorti pendant la première semaine de novembre. L’EP est efficace, les kicks tournoient, s’imposent, bouleversent, là où les hats se laissent dompter par une belle reverb.

La track est profondément moderne, témoigne d’une certaine richesse de production (double rythmique, aucune faille dans la structure). Pourtant, ce n’est pas sur celle-ci que nous nous arrêterons. En matière de techno puissante, on pourrait dire qu’elle en fait presque trop. Les kicks sont finalement assez froids. La structure est classique, rappelle trop celle de Vril (Delsin) en un peu moins bien. N’exagérons pas : elle tient largement sa place dans un bon set, et mérite le détour car elle saura aisément faire vibrer les dancefloors.

Celle qu’on retiendra vraiment, aujourd’hui, sera la release suivante : Rotations.

Présentée par Alex Bau, porteur du label Credo, l’EP impose des basses comme on les aime, rondes et chaleureuses comme sorties tout droit d’un Moog. Ce n’est pas comme si ce timbre manquait dans le macrocosme de la musique électronique, ni même dans le monde techno. Mais les voir mises à l’honneur rappelle à quel point il est important de rendre à la musique sa versatilité, sa possibilité de lecture, sa chaleur. Alors que la séquence de basse vibre, suit son loop sans faillir, on imagine déjà un public conquis, transporté dans un univers techno puissant où chaque décibel compte.

[soundcloud url= »https://api.soundcloud.com/playlists/58316799″ params= »auto_play=false&hide_related=false&show_comments=true&show_user=true&show_reposts=false&visual=true » width= »100% » height= »450″ iframe= »true » /]

Si « Quarries » est une track froide et puissante, rythmique et dansante, Rotations est à contrario bien plus chaleureuse, porteuse d’une énergie différente, toute aussi dansante, mais avec un petit timbre à la dimension analogique fascinante. Quant à la version « repaint » du morceau que propose Alex Bau, teintée de pertinence dans la légère distorsion proposée (qui semble presque faire changer de forme d’onde à la ligne de basse), elle mérite elle aussi, non sans surprise, une écoute attentionnée.

Les deux EPs sont déjà disponibles en versions digitales et vinyles, car « Rotations », pourtant annoncé à la fin du mois de novembre, vient à peine de sortir. Sur cette bonne nouvelle, il n’y a plus qu’à danser !