Il y avait quelques semaines, on vous avait parlé de Drumcell, mais côté remix (juste ici)
Aujourd’hui, je reviens vous parler de Moe Espinosa, comme on l’appelle dans la vie de tous les jours, en tant que producer d’un bien bel EP.
Et c’est chez CLR, qui décidément, sort de bien jolies productions, que Drumcell sort son nouvel EP, Departing Comfort.

Avant de s’attarder sur la pléiade de DJ qui propose des remix de son track, intéressons nous quelques instants à la version originale..
Le maitre artificer californien nous sert une belle production made in CLR.
C’est angoissant, c’est sombre, ça sent la pluie et la techno pleine de distortions.
Une addition de nappes synthétiques, et de kicks etouffés, voilà un bono résumé de la première moitié du track.
Si vous pensez que la deuxième est plus explosive, plus jouissive si on peut dire, vous vous trompez. Ici, Drumcell reste dans une techno en maîtrise… qu’on salue, d’ailleurs, car assez inhabituelle dans le paysage techno du moment.

Vous vous en douterez : construire un track de cette catégorie appelle à une grande possibilité de remix.
On peut par exemple faire comme Planetary Assault Systems, ou Luke Slater, pour les intimes :
une version plus mécanique, en saturant la ligne de basses, en martelant les graves.
S’en suivent des drums étouffés qui donne une vision encore un peu plus angoissante que l’original.

On peut aussi se délecter de la version canadienne signée Orphx.
Plus analogique, elle se veut plus incisive, plus robotique et les gimmicks technoïdes employés vous martèlent les tympans à souhait..

Mais pour ma part, c’est le remix de Material Object qui m’a tapé dans l’oeil.
La Djette énigmatique y va de sa ligne de basse lourde, très hypnotique, et apporte quelques modifications au track original, via des ajouts de texture réussis et déstructurés, pour donner une impression assez spatiale.
Pour ma part, c’est probablement le meilleur remix de l’EP…

Je vous laisse faire votre choix, et vous préparer, puisque Drumcell est annoncé au Batofar dans les prochaines semaines !