PLAYLIST – Prince des afters, UNNAMED nous livre des morceaux qui ont bercé sa carrière et qui l’ont inspiré tout au long de celle-ci. Si vous connaissez le personnage (même si vous ne le connaissez pas d’ailleurs), attendez-vous à sourire lorsque vous prendrez connaissance de l’histoire qu’il raconte dans chacun de ces morceaux. Si l’artiste se veut essentiellement techno, rave et acid, sa culture musicale ne s’arrête pas là ! On passe le mic’ à cet amoureux de la musique.


« Si pour moi la Techno, la Rave et l’Acid sont mes styles de prédilection, les genres que j’aime et qui font ma culture sont quant à eux, assez variés. J’ai donc choisi 10 tracks représentant chacun un pan de la musique électronique qui a façonné mon parcours et mes goûts encore aujourd’hui »

UNNAMED

WildchildRenegade Master (Friend Within Remix)

Ce track est un des rares qui m’accompagne toujours, peu importe l’époque ou le mood quand je l’écoute, j’ai toujours le même frisson au moment du drop <3

RandomerBring

Quand ce track est sorti, il m’a littéralement retourné. C’était systématiquement le premier track quand on arrivait en after et c’est en l’entendant la première fois que je me suis mis à explorer tous les genres de la techno. 7 ans plus tard, Randomer fut le premier (grand) artiste à passer mes tracks (notamment « After sa Mère » que tout le monde connait maintenant) et qui a contribué à me faire connaitre. 
Sans qu’il le sache, je dois beaucoup à Randomer dans mon parcours 🙂 

Ronald VRon’s Beat (Mr.Noba Mix)

De 2005 à 2010, c’était la grande période de la Frenchteck, du Jump et du Hardstyle dans le Nord (pour moi en tout cas), si j’étais déjà très ouvert sur les musiques électroniques, c’est à travers ces styles que je suis vraiment entré dans le « dur » du sujet.  Mes premières sorties en boite à 16ans, mes premiers pas de danse, c’était là-dessus.
(Dédicace à ceux qui étaient à l’Eternal Bliss de Douai en 2008 <3)

AmerieOne Thing (Polkadot Remix)

La violence c’est bien, mais une douce voix suave sur un petit beat qui vient te titiller l’oreille le dimanche au soleil, ça c’est ce qui me met le smile et la patate en toute circonstance.
Si tu lis ces lignes mon petit Juanito du sud, voilà l’effet chatoyant que la « Radio Niño » a sur moi. Tu es mon p’tit rayon de soleil de l’after, le p’tit caramel mou qui fond dans ma bouche.

MézigueDu Son Pour les Gars Sûrs

CE GROOVE BORDEL ! À chaque fois que j’écoute ce track, j’ai envie d’aller faire un tour en voiture, ouvrir ma fenêtre, poser mon coude sur le rebord et tirer des grosses bouffés d’un cigare à la vanille coincé entre mes dents

YogiBurial feat Pusha T (Crookers Remix)

La grande époque de Boys Noize, Crookers, Les Petits Pilous, Bloody Beetroots, Alesia, ou Modek. Ce genre de sons avait le pouvoir de nous rendre « tout puissant » avec ma brigade et qui te rendait fou pendant 24 heures.

Phlegmatic DogsMove You knees

Alors là, je vais en choquer plus d’un, mais le tout premier style qui m’a donné l’envie de mixer (et par la suite de me mettre à la prod’) : la grosse Bass House des familles 😀
Jackin, Garage, Bass’House, Deep, appelle ça comme tu veux, mais le vrai son d’after, c’est ça ! Même après 48h de teuf hard, un bon set de Bass House au moment parfait et toute mon équipe se lève pour te retourner l’after
Un gros sub et du soleil, je repars 3 jours sans pause là-dessus. Et ça fait 10 ans que ça dure.

DRS feat EneiCount to Ten

Mets ton marcel et enfile tes bretelles petit, si pour toi la Drum&Bass ça se résume à la Jump Up qui fait « ouin ouin pouète pouète », il est l’heure de te faire découvrir la VRAIE Drum&Bass, celle de mon premier Dour, la vrai Drum à l’anglaise, pointue et violente, celle que tu vas écouter dans des salles sombres à Bruxelles ou à Gand. Après la Bass House, ce genre de Drum fut (et reste) mon deuxième amour.

Process 4048 Bit Vision

L’Acid avec un grand A, celle qui te met la patate, en toute légèreté, sur des percs endiablées avec un hat qui te cisaille le tempo.

Jawbreakers (Live)

Pas vraiment un track et ce qu’il y’a de plus récent dans cette liste, mais j’ai eu la chance d’être devant leur premier live à la Rave Line et de les voir ensuite à la Intercell puis au Cosmos Festival. Et dès les premiers kicks, je savais que leur live deviendrait pour moi un « classique ». 
Ce genre de son me rappel toutes mes teufs/free/tekos auxquels j’ai pu participer, ils sont la quintessence du minimalisme et de la violence que j’aime et auquel j’aspire dans l’Acid techno et dans la rave.
Chaque fois que j’ai pu les voir en live, je suis resté scotché du début a la fin, avec cette montée de puissance intérieure incroyable. 
Ils arrivent à me mettre systématiquement en transe, et je ne sais pas expliquer pourquoi ni comment, mais si j’avais 15 ans de moins, je dirais à mes profs que plus tard, je veux être Jawbreakers.


Suivre UNNAMED sur Facebook, Instagram, SoundCloud