Vendredi 19 juillet, une semaine s’est écoulée depuis notre dernière dose de son, mais la chaleur nous interdit d’aller nous enterrer dans un club.
Après mûre réflexion d’à peu près quinze secondes, on décide d’aller au Batofar. L’air soit-disant frais des quais de Seine, la terrasse, la barbe de Rødhåd, tous les éléments d’une bonne soirée y sont réunis.

1h30
Arrivée sur place, malgré quelques petits désagréments, l’entrée se fait rapidement, l’accueil est plutôt agréable. Et voilà, on n’a rien à dire quand tout se passe bien.
Drogués de basses que nous sommes, on s’empresse de descendre dans l’obscurité d’où sort le son qu’on aime.
“C’est qui ?”
“Ca déboite !”
“La violence !”
“Ohlala !”
Voilà un échantillon de ce qu’on peut entendre pendant le tout premier live du jeune français Simon Coup, aka Birth of Frequency.

La soirée regroupera trois DJs du label Construct Re-Form : Zadig que nous avons malheureusement manqué, Birth of Frequency qui nous a envoyé un premier live qui promet, et Voiski qui était là pour fêter la sortie du second volume de Unforeseen Alliances.
Les trois quarts de la soirée ont donc été consacrés à la découverte d’un label en passe de s’imposer dans le monde de la techno made in France.
Affaire à suivre…

4h00
Dans cette soirée de barbus, Rødhåd (aka Barbu Ier pour les intimes) prend la barre. On ne sait plus si le bateau tangue à cause des vagues ou des basses, en tout cas ça secoue. Les cœurs s’emballent, il est là avec sa mythique barbe et son sourire. Il gère le son avec une précision et une technique irréprochable. Les souvenirs de cette soirée à la Machine, où nous l’avons découvert sur le même créneau horaire, refont surface. Son set est à la hauteur de ce dont on se souvenait et de ce qu’on attendait.
Il nous a achevé en haute qualité.

Extraits du set de Rødhåd, pour les malheureux absents :

6h00
Le jour se lève, la Seine retrouve son calme et la fatigue reste dissimulée derrière les sourires d’un public ravi.

Merci le Batofar, son staff, le label Construct Re-Form et tous ses membres, et merci aux DJs pour ces prestations qui résonnent encore en nous.