EP – Dj & producteur, ONELAS a plus d’un tour dans son sac et c’est à travers des sons underground dégageant une techno puissante et musicale qu’on découvre cet artiste émergeant. Un début prometteur qui nous pousse à aller découvrir son univers. Et pourtant il n’en est pas à son coup d’essai puisqu’il nous propose un nouvel EP intitulé COLLAB sorti dans son propre label OIZ. Un nom qui prend tout son sens car il embarque avec lui toute une ribambelle de jeunes artistes qu’on a hâte de vous faire découvrir la suite c’est par ici…


Pour les férus du média, vous nous connaissez notre dada à nous c’est d’aller chercher les artistes de demain et pour le coup on est plutôt fiers de nous. En plus d’être accro à la techno, on a une envie, celle d’ouvrir vos horizons et d’aller toujours plus loin dans nos découvertes. Certains le connaissent déjà et seront d’accords avec nous, Onelas ne cesse de progresser et de s’affirmer depuis qu’il a commencé à toucher les contrôleurs. Ses projets ne s’arrêtent pas là puisqu’il a co-fondé le label So Panda Records & OIZ Records en plus d’en être membre en tant que Dj producteur.

Une jolie ascension qu’il doit à son travail rigoureux et dans lequel il s’est totalement investi depuis son plus jeune âge. L’univers de la musique électronique l’a toujours passionné d’ailleurs certains pourront affirmer qu’ils l’ont souvent croisé dans des salles caennaises (d’où il est originaire) et warehouses parisiennes. Une vraie révolution en terme de style qu’on peut qualifier de new wave de la scène undergroud.

Toujours bien entouré, Onelas apprécie impliquer ses compères dans ses démences et pour le coup, nous aussi on a été embarqué.

Début des hostilités entre Onelas & KOAD, en un mot comme en cent Don’t Touch Me nous met direct dans l’ambiance, pas de temps à perdre, un rythme prononcé, un kick clair et distinct, on retrouve ici ses influences musicales des artistes qui ont fait sa culture tel que Pan-Pot. Une entrée en matière qui reflète l’état d’esprit des deux amis, un mood comme on les aime, on valide.

Sur ce deuxième volet Let’s Go There, il invite Andrey Lusken. Petite ballade direction le Costa-Rica avec cet artiste qu’on découvre totalement et dont on entendra parler par la suite, c’est une évidence. Résultat? On assiste à un joli melting-pot qui tabasse et dont on ne se lasse pas. Les pas lourds mais la mélodie légère à la limite de la mélancolie nous embarque une nouvelle fois dans un chemin qui nous est encore inconnu.

Ici, Onelas & LABN nous ont concocté un track virevoltant entre passion nocturne et début d’un renouveau. Sur fond d’EBM, on décele une puissance sans nom qui reste inqualifiable. Totalement dans l’idée d’une techno indus/rave, l’alliance de toutes ces fusées nous emmènent tout droit dans les étoiles. Bon voyage !

Class-N réplique en conclusion et nous prouve qu’en Colombie, on est pas là pour rigoler ! Du style EBM, Onelas a su nous plonger dans un univers dark et bien trempé avec High-Life, des vocaux a en faire frémir Mamie Jeannette, tout comme nous au passage. Un duo mortel plein de ressources aux nuances noires et blanches et à travers lequel on imagine un jeu de lumières très saccadé qu’on retrouve dans notre cher Berghain (Bon anniversaire au passage). Parfait pour nous mettre dans l’ambiance jusqu’à plus soif.

Bonus track


Se procurer l’EP : BANDCAMP

Ecouter l’EP en entier : SOUNDCLOUD

Suivre Onelas : SOUNCLOUD / FACEBOOK / BANDCAMP

Suivre OIZ Records : SOUNDCLOUD / FACEBOOK / BANDCAMP