Bratha fait partie de ces producteurs qui portent le blaze de leur musique, autrement dit dans leur cas, un nom de barbare. Il est bien évident que Bratha ne vous parle pas, la formation a emergé il y a un mois et n’a pas fait beaucoup parlé d’elle. Pourtant, vous connaissez surement le casting responsable de cette étrange release, j’ai nommé les keufs de l’analogue : Analogue Cops. Nouveau projet, nouveau label en partenariat avec No Mad Ronin, bonhomme méconnu à nos oreilles qui possède un Soundcloud fourni en mixes de sa propre fabrication. Les Cops et Ronin se sont planqués dans les quartiers du label des deux italiens Marieu et Lucretio (Analogue Cops) pour nous apporter fin mars l’EP sobrement baptisé 001. On a du retard mais très peu de copies vyniles de l’objet ont été proposées (300 copies en tout), on espère une prochaine sortie plus gourmande.

En deux mots, la « touch » Bratha c’est application tendance d’un peu (beaucoup) de cracra sur la production, une fusion techno et house (plus house à notre goût) savamment réfléchie en temoigne le track a2, clairement old school dans sa production. Un EP qu’on imagine joué par un DJ à 7H du mat’ dans un club presque vidé de sa foule, partie rejoindre Morphée. Amateur de musique « propre » s’abstenir, les Cops nous avait déjà habitué à ce type de mixage (notamment dans leur collaboration avec Blawan), on doit vous avouer que le délire est poussé. On est très fan du genre. Prenez par exemple B1, track clubesque élaboré avec la complicité de Pariah (moitié de Karenn) dont la recette est la suivante : kick appuyé, parfois doublé d’une basse tout droit sortie d’une enceinte de fortune, snare crachante, hihat discret. Ca passe ou ça casse, chez nous, vous l’aurez deviné ça passe…

[soundcloud url= »http://api.soundcloud.com/playlists/4065296″ params= » » width= » 100% » height= »450″ iframe= »true » /]