Black Asteroid, aka Bryan Black, a toujours penché dans un côté obscur délicieux. En faisant ses premières armes en bossant pour Prince, ou en côtoyant un des mecs de Depeche Mode (Martin L. Gore), le producteur a plus qu’un pied dans le monde de la Musique. L’homme a d’ailleurs un certain sens des valeurs et du goût, n’hésitant pas à lancer des « punchlines » à toute épreuve sur le réseau social Twitter.

Black Asteroid - Metal


Mais maintenant, l’heure est à la production. Et c’est toujours derrière une armée d’effets sombres et torturés qu’émerge Metal, le nouvel EP de Black Asteroid. Toutefois, ce n’est pas sous l’égide de CLR (Brian Sanhaji, Chris Liebing, Pfirter, etc.) qu’il dévoile son nouveau projet, comme il avait pu le faire avec Engin. C’est sous un autre empire de la techno nerveuse : Electric Deluxe. Le Label de Speedy J, qui propulse Hans Bouffmyhre ou Gary Beck, nous envoie alors un nouveau météore dans la tronche : autant dire qu’il cogne fort.

Grâce à un « overdrive » poussé à fond (surtout pour la track Turbine, un cran plus haut encore dans le brut) une ligne de basse et de synthé vibrantes, l’EP n’usurpe pas son nom. Ou du moins, il nous immisce dans un univers ou chaque son, chaque instrument, chaque sample, est habité par une matérialité métallique grinçante. L’écho d’une usine, l’usure de machines, chaque élément est à sa place dans un décor solide, en noir et blanc.