Pour vous retranscrire au mieux l’aventure dans laquelle nous nous sommes engouffrés ce samedi, à un horaire pourtant surprenant pour un Delighter (entendez par là 19h), laissez moi vous resituer quelques éléments importants de cette soirée

 

Prenez tout d’abord Mercredi Production.

La bande parisiano-lyonnaise, déjà auteure de belles performances, nous a concocté, pour une de ses premières sorties 2013, un programme alléchant : la présentation de MODULE, un concept musical et visuel unique, mis en place et défendu par Erwan Castex, Vladimir Mavounia-Kouka, et Studio Funf.

Le premier est plus connu sous le nom de Rone.

Le second a travaillé avec le premier sur l’illustration graphique et visuelle de Spanish Breakfast, et ne le quitte plus désormais.

Le troisième a mis en orchestre l’univers graphique de Vladimir avec la musique envoûtante de Rone.

 

Prenez ensuite le Trianon.

Cet écrin situé à Anvers se souviendra peut être longtemps de ce qu’il lui est arrivé ce samedi…

Pour les profanes, petite description rapide du lieu des festivités : une scène, une « fosse » et deux étages de balcons à moulures… Un écrin vous disais je.

 

19h

 

Billets en main, nous prenons place dans la fosse…Prêts à endurer la première partie!

Habituellement loin (voire très loin) d’être fan des premières parties, qui sont parfois trop déconnectées de l’artiste principal ou trop commerciales à mes yeux, nous fûmes soufflés!

Même si, à mes yeux uniquement, cette première partie fut d’une facture moyenne (entendez par là que mes tympans me réclamaient Rone), quelle ne fut ma surprise en écoutant un DJ dans la lignée de Rone  (en l’occurrence Subarys): instrumental, expérimental, péchu… Bref, plutôt plus que bien pour une première partie, mais à la fin, une entracte plus qu’attendue.

 

20h30

 

Nous le savions, le show allait être musicalement incroyable… mais nous n’allions pas nous priver de l’aspect visuel, notamment pour mieux vous le retranscrire !

Alors, direction le premier balcon, plein axe !

Le lourd rideau du Trianon s’ouvre… On découvre une longue console, un énorme écran… Ouh, mon pouls s’accélère!

Et le voilà, fidèle à lui même : un look surprenant pour un DJ, une allure chétive, une espèce de nonchalance dans sa façon d’arriver, ses lunettes rondes vissées sur le nez, Rone prend place!

 

Des premières minutes sombres, aux accents ultra synthétiques, plongeant le Trianon dans un silence de cathédrale. A ces sons se mêle l’image, une sorte de lever de soleil dans un hangar, pense t on, mais une vraie entrée dans l’univers de Rone…

universdebut

 

Le reste va se passer de commentaires. On passe d’ambiances rougeoyantes futuristes accompagnées de sonorités incisives, dansantes, transcendantes et ô combien efficaces, à des ambiances orangées, qui plongent la foule dans une douce hypnose, qui nous berce, nous fait rêver…

 

bienvenuerone

 

Rone entre en transe, et nous emmène avec lui.

 

 

Le clou du spectacle, à mes yeux, fut probablement le passage de « Parade »…

Imaginez…. Les sonorités positives et pleines de bonheur de cette track, auxquelles vous ajoutez un univers graphique signé Mavounia-Kouka et animé par Studio Funf, le tout dans des dispositions probablement idylliques.

ça prend aux tripes, ça prend au coeur, ça en devient presque incontrôlable…. et ça vous donne la sensation de faire partie d’une expérience unique… La preuve en images :

 

 

Un final (quoi déjà le final???) avec un « bye bye macadam » qui montre une nouvelle fois la collaboration réussie entre Rone, Mavounia-Kouka et Studio Funf, et les lumières du Trianon se rallument… et une impression de revenir sur la planète Terre se fait ressentir.

(pour ceux qui ne connaissent pas cette track de Rone, rattrapage ci dessous)


Au sortir de cet événement, que dire?

 

Tout d’abord, tirons un énorme coup de chapeau aux trois artistes. A mes yeux, ce qui nous a montré samedi résume probablement ce que VJing et DJing doivent devenir : pas deux disciplines distinctes, mais deux disciplines qui doivent être mêlées, appréciées, ressenties, calibrées, comme ce qu’on a pu voir et entendre.

Alors oui, merci Rone, merci Vladimir Mavounia-Kouka, merci Studio Funf, ce que vous avez fait samedi dernier était grand, et on attend avec impatience le retour de vos créations.

 

Et puis un grand merci à nos hôtes du soir, le Trianon et Mercredi Production.

En plus de monter de belles performances comme celles de samedi, vous nous avez offert une session unique, dans un écrin qui, à première vue, ne s’y prêtait pas forcément..

 

Alors merci !

 

Et pour ceux qui veulent partager sur la soirée, n’hésitez pas à laisser un commentaire en bas de l’article ou sur la page… on en débattra avec plaisir!