Cette semaine encore, on se penche sur des sorties du mois, celles qu’on a aimées, celles que l’on va aimer. Cette semaine, Baransu signe un one-track EP, IS, vrombissant, on partira ensuite vers l’hybride compilation du collectif reimois la Forge : Crysta Ampullaris.


Nouveau venu sur le label milanais Beat Machine, Baransu nous dévoile une jungle fourmillante de glitches et bruits d’un autre monde. Plus proche d’un sound design ou d’un scoring de film que d’une production pour le club, le morceau évolue, peu à peu, comme le long chemin que l’on emprunterait dans l’esprit du producteur. Là des voix, en choeur, ici le vrombissement des ailes de petits insectes carillonnant dans les airs et encore d’autres drones et bleeps divers, tout ça pour décrire une oeuvre, dont la spatialisation ne s’ouvre pas pour créer tout un environnement à s’y perdre mais plutôt à un confinement.

Confinement que l’on retrouve dans le remix suivant de Pessimist – qui lui nous ramène à une jungle plus original, old school – celui d’un club. Enfin Katatonic Silentio reprend le cap du design sonore pour lui nous emmener sur une sorte de longue plaine, où l’on sent les rayons du soleil scintiller et les pas de milliers d’individus comme une sorte d’immense mouvement, saccadés de breaks filtrés. Un EP court donc mais qui a su laisser toute la longueur nécessaire aux artistes pour s’exprimer.

À télécharger ici !

Fraîchement sortie des caves reimoises, où l’on a vu apparaître des artistes comme LeBird, Shonen Bat ou encore Nathan Zahef, la Forge, le distilleur de talents de la région sort sa nouvelle cuvée Crysta Ampullaris. C’est la partie du cerveau qui détecte les changements de rythmes (pour le petit mémo médical). Et pour en détecter, on est servi, les 5 morceaux envoient notre esprit de tous les côtés, les émotions façon puzzle. Tout d’abord LeBird, qui par ailleurs est aussi au mastering, nous pave le chemin d’un morceau UK breaks tout en finesse, laissant planer tout du long de légers synths comme il a toujours su le faire. Ensuite, c’est un manège de glitches et de voix que Shonen Bat propose. Plus techno-ish que son prédecesseur, le morceau nous envoie direct retrouver Pessimist dans le club pour une avalanche de beats cassés. Avalanche toujours, avec un tropisme plus allemand peut être, le morceau de Slowglide, ultra-uptempo morceau tech où l’artiste vient tirer, distordre et arracher les notes d’un synthé qui tourne sans discontinu. Puis..

On entre dans une autre dimension, Nigm fait s’évanouir ses synthés et ses breaks, on retombe, on ferme un instant les yeux, une atmosphère lourde pèse, souligné par d’incessants kicks. Parfois, quelque chose scintille ou fend le silence – là bas – puis viennent les uns sur les autres comme des milliers de drums venant soutenir la construction initiale du morceau. Enfin pour clore tout cela, Indigo Persona dévoile un morceau plus downtempo avec des reflets house breakés, parfois entrecoupés de bleeps et autres breaks tortueux.

Une compilation à l’image de son collectif donc, éclectique et protéiforme, qui sans cacher ses origines (à écouter à la fin de Mirage), finit dans les airs comme un bouchon de champagne.

ICI en téléchargement !!