Internet fourmille de reports de festivals et de soirées spéciales, anniversaires, etc..
Aujourd’hui, changement de cap, direction une soirée ; une bonne soirée. Un line up qui ferait rêver plus d’un club dans le monde, Automatik en coulisse, un nom qu’on ne présente plus et puis une sacrée cour de récréation pour adulte, j’ai nommé le REXCLUB.
Alors quand j’évoque un changement de cap, c’est parce qu’au REX, ce type de soirée, un line up de cette qualité, cela est assez habituel, donc finalement, on considère souvent que cela va de soi et que c’est une soirée normale.

JE DIS NON ! à cela et je dédie ce report aux habitués des lieux ainsi qu’à tous ceux qui n’ont pas encore eu l’occasion d’y passer du temps, en espérant que cette phrase devienne la votre :

« TO THE REX CLUB ! »

Du coup on va en profiter pour évoquer quelques petites astuces. En premier lieu, venez tôt (avant 1h00) avec une prévente, bon déroulement de la soirée garantie (exception faite des sorties de piste propres à chacun). C’est comme aller à la préfecture, si tu débarques à l’heure de pointe, ton pourcentage de chance de ne pas avoir ce que tu veux augmente significativement.

Je me souviens être rentré vers 00h30, pas grand monde, pas de queue, le rêve. On descend détendus, les escaliers annoncent la couleur.

image (8)

image (4)
Aux platines Tonio et Giacomotto deux membres de
Definitive recording, un peu les bras droits
d’Acquaviva à Paris. Il est tôt, comme d’habitude,
t’as un pote qui te dis « Putain, y’a personne ! ».

Personnellement je sais bien qu’à 2h00 la salle
commence à être blindée et en voyant ça ~~~~>
je me suis dis qu’on allait bien se marrer.

Un warm up Tech-House au poil qui se termine, Ambivalent se met en place et là, je vous avoue que j’ai deux heures où je ne sais pas trop quoi vous raconter, si ce n’est que le REX a kiffé.

Et là : C'est la teuf.

Je reprends mes esprits peu à peu sur la fin du set, il est temps pour un combo bar/fumoir.
Au bar, je me suis fait un pote :

image (9)

Au fumoir, je me suis fait des potes :

image

Voilà, les batteries rechargées, je prends mon courage à deux mains et me faufile telle une anguille là où l’on ne m’attends pas.

AMBIVALENT :
image (2)Hey, do you remember your first time in Paris ?
It was in 2007, here at REXCLUB, with Heartthrob.
Hey, tu te rappelle ta première fois à Paris ?
C’était en 2007, ici au REX avec Heartthrob.

Your set in one track ? Witch one did you enjoy the most playing it ?
Tonight it was Potent by Mr G.
Ton set en une track ? Laquelle t’a donné le plus de plaisir à jouer ?
Ce soir c’était Potent par Mr G.

What do you drink in clubs ?
Vodka-Water.
Qu’est ce que tu bois en club ?
Vodka-eau. (Véridique…)

What would you say to describe Paris scene today, in one word ?
Changing !
Qu’est ce que tu pourrais nous dire pour décrire la scène parisienne aujourd’hui ? En un mot ?
Changeante !

Voilà une mini interview en bonus. Changing.. Changing…
Pas le temps de réfléchir, Monsieur Acquaviva, co-fondateur du label Plus8 avec Richie Hawtin est aux platines. On sait et l’on sent que l’on est face à un grand DJ, la salle du REX est galvanisée.
image (6)
Et dans ma tête, je me souviens des mots d’Ambivalent : changing…
Qu’a-t-il voulu dire ? Serait-ce notre manière de danser dont il veut parler ?
image (1)
Ou alors des programmations que les clubs et collectifs nous concoctent chaque semaines ?
« Ci joint le dépliant qui me tombe toujours dans les mains aux alentours de 3h00 du ma.. SVEN VÄTH ! »

Acquaviva laisse sa place à Uto Karem, qui prend à cœur de terminer cette soirée Automatik à coup de massue. Je jette un dernier coup d’œil à cette énigme que je n’arrive toujours pas à déchiffrer.

image (3)

je regarde mes potes souriants.

« Le Rex Club ne sera jamais une ‘boite’ comme les autres, avec un espace VIP où l’on vient se montrer. On est dans la jouissance de la musique pas dans le glamour toc qui envahit Paris »

Et voici que les mots d’Ambivalent me reviennent, c’est donc peut-être ça qui change, l’essentiel reviendrait donc en force. Dehors, il fait beau, allez, changeons, aujourd’hui on va marcher pour rentrer.