Depuis sa création en 1992, la chaine franco-allemande Arte a toujours été une fervente défenseur des cultures alternatives. De part sa double nationalité, elle bénéficie d’une multiculturalité génétique et est sans doute l’un des médias hertziens les plus ouverts sur les différentes formes d’arts. Musicalement parlant, via des programmes tels que Metropolis ou encore Tracks, ce sont les produits des contre-cultures musicales qui sont à l’honneur. Delighted vous présente aujourd’hui un de leurs programmes.

arte_logo_Pantone172

Il y a deux mois, Arte organisait au Trabendo une soirée dédiée aux musiques électronique. Baptisé sobrement « Mix Ô Trabendo », la soirée était retransmise en direct sur la plateforme Arte Live Web. Ce samedi 8 février, la chaîne propose une réédition du programme avec les temps forts des mixes, entrecoupés d’interviews des artistes. Maigre lot de consolation me direz-vous, attendez un peu la programmation :

Considéré comme le père de la Techno française, Laurent Garnier a secoué l’Angleterre durant l’âge d’or des Raves avant de revenir comme soutien de la scène Française, donnant au Rex Club ses lettres de noblesses. Une occasion de le voir/écouter dans un exercice inédit, Laurent plays Garnier, un DJ set à partir de ses propres productions (On se paye un petit Garnier Vs Mills au passage).

Le trio Brandt Brauer Frick joue en Live avec des instruments acoustiques (synthé, batterie, ..), un acte de décroissance face à l’omniprésence du numérique et un son unique.

Jackson & His Computer Band mêle électro, hip hop et funk. Un ovni qui ne manque pas d’une certaine prestance.

Boss du label Innervision avec Dixon, Âme a la cote en ce moment, il a passé l’année à faire danser la planète de club en club, devenant l’ambassadeur de la nouvelle house berlinoise.

Chloé, résidente du Pulp pendant dix ans, aujourd’hui résidente au Rex, c’est l’un des moteurs principaux de la scène parisienne actuelle.

En plus de cette programmation qui ferait rougir plus d’un club, Arte Live Web propose un grand nombre de contenus inédits : des bios, interviews et playlists des artistes et un report live réalisé à l’aide de vidéos Instagram durant l’événement. Vous pourrez revivre plusieurs moments dans plusieurs lieux différents et même des répétitions. Et si vous n’en avez pas assez après tout ça, Arte vous propose ensuite le documentaire French Touch. Réalisé en 1990, c’est un poignant témoignage de l’esprit d’une époque et une belle manière de voir comment cette scène florissante voyait son avenir.

Cette soirée, loin donc d’être un maigre lot de consolation pour les malchanceux qui sont restés à la porte du Trabendo le 4 décembre, porte la patte d’Arte. Instructif, pointue, novateur, un programme à l’image de son sujet. Rendez-vous donc le 8 février pour découvrir ce programme interactif qu’on espère être le premier d’une longue série.