House Power – Le producteur et DJ membre de l’écurie Chevry déboule avec un EP 4 titres groovy à souhait, sorti le 28 mai au format digital sur son label Thé Chaud Records. A coup de basses rondes, de notes d’orgues, de violons épiques et de guitares funky, Jeff The Fool construit un disque abouti et dansant, empruntant à la Soul, au Disco et au Rap. L’auditeur attentif entendra même poindre un message presque politique dans « Airport Blossom », une intention à saluer tant elle se démarque de la production House actuelle.

__________________________________________

L’EP s’ouvre avec le titre éponyme, sur une vibe très « feel good » qui fait vraiment du bien après ces mois difficiles. Avec ce gros sample d’orgue et ces voix disco, ça envoie comme à Chicago : quand les violons rentrent enfin, les mains se lèvent toutes seules pendant que les pieds sont tout retournés. On en redemande !

Creusant le même sillon Soulful, « Le Crime » enchaine avec la même efficacité : un peu comme si l’autoradio de la voiture de Starsky et Hutch était branché dans la MPC de Jeff. On comprend mieux pourquoi Laurent Garnier en personne a approuvé cet EP à la production maitrisée. Sous la rythmique dancefloor, les plus attentifs remarqueront que le producteur ne choisit pas ses samples au hasard, en se tournant vers des morceaux et des voix chargées de sens – les thèmes du racisme et du féminisme semblent abordés – comme s’il voulait titiller nos consciences.

Le troisième titre confirme cette démarche et nous emmène tout droit en « 1969 », année où Neil Armstrong a posé le pied sur la lune. Si l’évènement a marqué l’histoire, il avait également inspiré à Gil Scott-Heron le poème « Whitey on the Moon », que Jeff reprend habillement à son compte :

Par la voix du poète qu’il pose sur ce beat, le producteur semble vouloir nous dire que 50 ans plus tard, si Mars a remplacé la Lune dans les rêves d’espace des puissants, pour les plus défavorisés les mêmes problèmes, sur terre, demeurent…Un morceau intelligent et engagé (qui pourrait néanmoins contrarier Thomas Pesquet)

« Talk with you » vient clore le disque par un rap rythmé du meilleur effet. Si le tempo ralentit, il continue de faire bouger la tête, un exercice dans lequel le bouillant patron de Thé Chaud excelle.

Avec ses 4 tracks incisives, sculptées dans ce que la musique des 70s contient de socialement chargé « Airport Blossom » réussit le pari de parler à la fois au corps et à l’esprit. Intelligemment funky, s’adressant subtilement aux consciences par la danse, cet EP va user des baskets autant qu’il plaira aux têtes bien faites. A écouter d’urgence.

________________________________

Streamer / Downloader le EP ici

Suivre Jeff The Fool sur FACEBOOK / INSTAGRAM / SOUNDCLOUD