Techno sans titre-81

Published on mai 21st, 2019 | by Ruben Hassid

0

ZPKF : la France a une incroyable techno

 Delighted a le chic pour vous faire découvrir des artistes que vous gagnerez à connaître. Aujourd’hui : premier EP de ZPKF pour Walking Records : une techno mentale, le modulaire nous transportant tout droit sur la planète 303. Une musique assez puissante pour vous rappeler la fierté d’être français. C’est certain, nos régions ont du talent.


 ZPKF a connu la vague déferlante des raves originelles des années 80, sillonnant lui-même les teufs naissantes des 90’s. Il s’affine petit à petit, commençant animateur d’une radio locale, pour finir sur un live modular en 2015 à Astropolis, présentant le duo Torb. Oui, le modular, le genre de machines géantes qui ferait peur à ton prof de Techno de 5e.

L’artiste se lance ensuite dans une carrière solo, où il aime s’appeler un « jeune vieux ». Vous le découvrirez comme une nouveauté, mais cela fait bien des années qu’il perfectionne son message. On aboutit à un premier EP sur Walking Records, impressionnant de justesse : 3 morceaux qui feraient rougir les centaines de milliers de likes de la « business techno ».

« Burning » est un morceau issu d’un live : deux fois joué au Rex et à NF34, où Fabien sent une osmose qu’il doit écrire, poser quelque part. Un lâcher prise, avec des sonorités EBM, et une montée crescendo qui n’en finit pas. Le morceau nous fait d’ailleurs penser à Thomas P. Heckmann, si vous vous souvenez de l’album Electronic Body Music, en cliquant sur ce lien.

…une course effrénée dans le lointain futur d’une planète…

« Overload », c’est la synthèse modale qui créée ce synthé principal envoûtant, comme si le lecteur était plongé tout droit dans la bibliothèque d’Interstellar.

Avec le modulaire, les combinaisons sont proches de l’infini. « Je me suis représenté Overload comme une course effrénée dans le lointain futur d’une planète, qui verrait son ciel se noircir à l’approche d’un astéroïdes. » Vous avez le clip en tête ?

« Disorder » est moins dans l’explosion, pour s’enfoncer d’autant plus dans le psychique. « J’avais envie de mystique, (…) en posant une atmosphère sombre dans laquelle les éléments évoluent.» Ici, c’est la synthèse granulaire, combinant des échantillons, pour créer une nouvelle texture au son (virage dans le gastronomique). Les descriptions faites pour les kicks sont presque toutes aussi précises, mais je laisse la musique être le porte-parole.

ZPKF nous fait exalter les 5 sens: une pluie d’astéroïde, des textures onctueuses, chapeautées par une techno ensorcelante. Pas de doute, il s’inscrit comme un artiste bien en-deçà de la notoriété qu’il devrait connaître : un Thierry Marx de la mentale techno, qui ne demande qu’à être gouté. A vos couverts !

Tags: , , , , , ,


About the Author



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Back to Top ↑