Techno unknowncollective

Published on octobre 3rd, 2014 | by Florian

0

Unknown Collective – UCD001 (Unknown Collective)

[VERSION FRANCAISE]

Ce quatuor d’inquiétantes tracks a été charté par Ryuji Takeuji, qui n’en sait pas plus que vous et moi sur les auteurs d’UCD001. Il m’a tout de même encouragé à écrire ce que cette release m’évoquait.

When you know that you have somebody
Maybe you should stay away from anybody

Ces doux vers misanthropiques répétés un certain temps trois minutes et six secondes après avoir ouvert le flux audio, laissent le système sensoriel dans l’intrigue. Ma première impression était apparemment paradoxale car vers le milieu de l’EP, je me suis dit « qu’il s’en est passé des choses ». Ce n’est pourtant pas ce qu’il y a de plus narratif musicalement, ni de plus agréable pour les esgourdes qui sont d’abord plongées dans une quasi-solitude sonore… Donc, est-ce un test ? Une entité émettrice d’un signal ? Ou bien un alien mécanique intouchable, qui tente de communiquer en bouclant son message pour nous avertir de ce qui va arriver ? Mais si ce qui arrive est aussi mystérieux que l’inconnu surgissant du néant, sommes-nous prêt ? Mince, suis-je prêt ?

A1 & B1 – L’acceptation de la peur. Les préliminaires de la cérémonie ont lieu dans les sentiers du mental, égarés depuis toujours, à jamais retrouvés. Rapidement, je parcours un champ fantomatique qui traduit son état d’esprit dans un langage qui me semble familier. S’il fait cet effort, je me dois de le considérer et réflexion faite, sa prise de contact est bien un avertissement. À peine le temps d’avoir pris mes repères que l’on frappe à la porte. Elle s’ouvre un peu plus à chaque coup, je la traverse sans hésitation et lentement, je me rapproche du chant des épouvantes qui guide mes pas. Je me rends compte alors que je ne peux rebrousser chemin car l’accès s’est refermé derrière moi… c’est sans importance, je suis même sûr que c’est logique, fatalement cartésien.

C1 – Le bal des esprits costumés. L’espace est plus confiné par ici, mais les contours arrondis de tout ce que je perçois trahissent cette proximité. À l’image de la perspective, l’air semble aliéné. Il n’est ni fétide ni charmant, il est… différent, au-delà. Des formes et des couleurs naissent et se marient. Elles proviennent des ondes sonores, des tambours qui bombardent, des percussions qui mitraillent. De ce merveilleux chaos, je sens l’état recherché : l’éveil par la transe. Pourquoi ? Qui cherche-t-on à réveiller ? La rhétorique même de ces interrogations me pousse au bord du précipice. Il reste un dernier frein néanmoins, avant l’ubiquité du laisser-aller, une dernière révélation ; Je ne suis pas seul. Ma super conscience le savait depuis le début, je suis connecté aux autres, nous sommes comme les doigts de la main. Qui est qui est sans intérêt désormais.

D1 – La chute de lambda. Lambda est pris dans une avalanche de morosité, comme la neige du téléviseur. Il est un flocon virtuel à grande vitesse. Dans sa dégringolade, il perçoit le potentiel d’une mutation de la réalité au travers du bruit blanc qu’il entend. Il commence à comprendre le stimulus de l’imagination, serviteur de créativité. Il sait qu’il a besoin d’un sérieux coup de pouce pour briser le cercle de l’amertume et de l’engourdissement intellectuel. Il sait alors que leçon a été donnée, que l’oublier n’est pas une option, que…

Ce n’était qu’un rêve, une illusion de plus en éveil.

 

[ENGLISH VERSION]

This disturbing release has been charted by Ryuji Takeuji, who does not know more about its authors than you and me. He suggested to write down what it reminded me though.

When you know that you have somebody
Maybe you should stay away from anybody

These sweet, misanthropic verses, repeated three minutes and six seconds after opening the audio stream, leave the sensory system intrigued. My first impression was apparently paradoxical because around halfway of the EP, I thought « quite a lot happened ». Nevertheless, it was neither musically narrative (at the contrary) nor really enjoyable for the ears, which are first immersed in an lonely sound… So, is this a test? An entity sending a signal? Or a mechanical though untouchable alien who tries to communicate his looped message to warn us of what will happen? But if what happens is as mysterious as the unknown arising from nothing, are we ready? Damn, am I ready?

A1 & B1 – Accepting fear. Ceremony’s preliminaries occur in the paths of the mental, forever lost, yet always found. Quickly, I come across a ghostly field which reflects his state of mind in a language that sounds familiar. If it makes that effort, I have to consider it and on reflection, his first contact is what I thought: a warning. As I start to feel at ease, they knock at the door. It is opening a little more with each stroke, I cross it without hesitation and slowly, I approach chants of terror that guide my steps. I realize then that I cannot turn back because access is now closed behind me… it does not matter, I’m even sure it makes sense, it’s inevitably cartesian.

C1 – The costumed spirits ball. Space is more confined here, but the rounded contours of what I perceive betray this proximity. Like the perspective, the air seems insane. It is neither foul nor charming, it’s… different, beyond. Shapes and colors are born then blending. They come from the sound waves, the bombarding drums and strafing percussions. From this wonderful mayhem, I feel the desired state: Awakening through ecstasy. Why? Who are they looking to wake up? The rhetorical status of these questions leads me to a brink. One final brake however, before the ubiquity of letting go, a final revelation; I am not alone. My super conscience knew it from the beginning, I am connected to the others, we are such as the fingers of a hand. Who’s who is irrelevant now.

D1 – The fall of lambda. Lambda is caught in an avalanche of gloom, like the snow in a TV screen. He is a high-speed virtual flake. In his tumble, he sees the potential of a mutation of reality through the white noises he is hearing. He begins to understand the stimulus of imagination, servant of creativity. He knows he needs a serious boost to break the cycle of bitterness and intellectual torpor. He knows that lesson has been given, that forgetting it is not an option, that…

It was only a dream, one more illusion on call.

Tags: , ,


About the Author



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Back to Top ↑