Techno de-0516-356825-18400-front

Published on avril 8th, 2014 | by Piotr

0

Rødhåd – Red Rising (Dystopian)

La septième sortie chez Dystopian est l’œuvre de Rødhåd, patron du label. Red Rising confirme la régularité d’une maison de disque où tout réussit. Vendredi, Rødhåd sera accompagné de Recondite et Alex Do. pour animer une des nombreuses nuits parisiennes.

Chaque release chez Dystopian est une fête, un onglet qu’on ajoute à ses favoris. On garde ça au chaud, on attend le moment idéal pour se lancer. Ça ne se brade pas, on l’écoute attentivement, au casque. On se demande ensuite quand on aura l’occasion de l’entendre en club, de reconnaître petit à petit le synthé, au cœur d’un set. A Paris cette semaine, on sourit ; parce que les dernières productions de la petite maison Dystopian, on les écoutera vendredi sur le béton de la barge Concrete.

Red Rising, un EP au souffle coupé

Red Rising de Rødhåd est la suite logique de Nasdat. Plus techno, l’EP révèle l’ambiance ténébreuse des soirées Dystopian : le premier titre, Rising, propose un rythme rapide qui ne s’essouffle jamais, une sonorité claire puis embrumée. Mine of Mars laisse plus de place au temps, relâche les basses de longs instants. Enfin Helldriver ajoute toujours plus d’obscurité à l’EP, avec une fréquence de basses toujours plus deep. Red Rising est un trajet en trois volets, une route argile entre « Hell » et « Mars ». Des flammes rousses de l’enfer à la planète rouge, le troisième EP de Rødhåd sur son propre label sera un des trésors à déceler dans son set à Paris.

Encore et toujours Recondite

Il y a quelques semaines sur Delighted, on vous parlait de Nasdat (lire la chronique ici), sixième sortie du label, confirmation de l’immense talent de Recondite après son album Hinterland où déteint la noire forêt bavaroise, sa « Heimat » (son pays d’origine). Le jeune allemand aux traits mélancoliques compose sa musique comme un artiste peint : il exprime dans son live ce qu’il ressent dans sa tête. HinterlandNasdat ou Psy, ses dernières productions, racontent toutes une histoire. Et preuve qu’il est regardé comme une des grandes figures de la techno à venir, son live assurait le weekend dernier, pour les vingt ans de la Time Warp, la transition entre les sets de Sven Väth et Richie Hawtin.

Enfin Alex Do. est la troisième signature Dystopian de la Concrete vendredi. Il n’est jamais trop tard pour rappeler la majesté de Béton Brut, quatrième release Dystopian et pierre d’angle de l’identité du label. Alex Do. a vingt et quelques années, et propose déjà des titres incontournables. Chez Dystopian, il n’y a pas de question d’âge, les jeunes musiciens ont atteint la maturité.

Delighted vous fait partager sa passion pour Rødhåd et les siens depuis quelques temps. Ces artistes, il faut les voir. Ils seront un peu partout en France cet été, à Astropolis, aux Nuits Sonores, au Weather ou au Peacock. Et ils auront toujours une place énorme sur Delighted.

Pour vendredi, on vous fait gagner des places (ici). Prévoyez un voyage rouge et noir, A Red Rising.

Tags: , , , , , ,


About the Author

"ich bin meine Maschine"



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Back to Top ↑