Techno Vernacular 001 stamp

Published on septembre 14th, 2018 | by Mehdi

0

Rentrée des classes, les élèves de Vernacular au banc d’essai

– CHRONIQUE – On les avait quitté juste avant les vacances avec une première introduction solide, deux tapes digitales posant les prime bases de leur nouveau projet. On y retrouvait les hérauts de la team, bataillant entre acid-techno et choses plus en levée et ambient. Ils sont de retour sur vinyle pour une rentrée tout en délicatesse. Au menu électro et acide, grandes envolées musicales et un remix d’un ponte du milieu, rien que ça.


À l’heure où l’on vous parle, seules deux avant-premières sont sorties via les confrères de Trax et Seeksicksound. 

L’énergie de l’imprévu

Basé sur un principe d’anonymat, où chacun des six membres du label semble interconnecté en un solide ensemble, ce vinyl se caractérise par l’énergie de l’imprévu. Chaque morceau semble être un moment, un récit personnel où chacun s’est livré – peut être en one shot, avec plus ou moins de préparation – pour nous donner sa idée de cette musique vernaculaire, mais n’en rendre qu’une.

Thunderquest, hymne rave de fin de set, sensible, nous saisit dès les premières percussions et nous envoie sur Saturne – façon Cap Canaveral – dans un abysse aérien et vaporeux. De plus, pour sombrer de plus bel, car on est consentant dans cette noyade, la répétition du motif au synthé – comme une sorte de flute électrique – agit comme un appel, un écho au loin qui se rapproche puis repart.
Puis arrive Latidjid, qui semble emprunter autant à l’électro par ses rythmiques qu’à certains break dans la construction de la trance. À base de voix éthérées comme des voiles fragiles naviguant sur ce flot crépitant technoïde. Le résultat est à l’image du premier morceau – comme des tapes digitales – délicat. On est loin de la grosse ligne acide grasse qui va nous forcer les oreilles, leur musique est intelligente et gracieuse. On y vient avec ou sans bagage, pas forcé d’être expert électronique pour en capter la sincérité et leur volonté de raconter quelque chose.

 Tout n’étant pas sorti, on vous laissera le plaisir de découvrir le troisième morceau et de vous y plonger avec vos yeux, d’y trouver vos mots.

Une signature de prestige sur la face B

La face B quant à elle est signée par l’un des boss des boss (excusez d’ailleurs ici notre familiarité), connu pour ses expérimentations stylisées ou ses boucles répétées à l’infinie, Voiski. Rien que ça, tiens…
Le morceau recentre la rythmique de Thunderquest sur un mouvement qu’on dit en 4/4 et focalise son attention sur une boucle acid + rythmique dont seul lui a le secret. Laissant cette flûte électrique en fond comme un indice sonore, nous rappelant que c’est un remix. Le résultat fait basculer cette pièce ravy à un temps moins avancé d’une soirée, on se retrouve en plein « peak time » pile, entre le crew et Voiski.

À noter que l’on retrouve le groupe sur scène demain à la Station Gare des Mines, accompagnés de l’écurie 100% pur sang Tripalium Corp et de quatre membres de l’équipe. Vous aurez tout temps de siroter un verre, tout en jouant aux dés pour remporter un tee ou un « skeud ».
À noter aussi que VRNCLR001 sortira sur un 12″ White Label, tamponné à la main, en édition limitée à 300 copies. Il va falloir être rapide…

Event sur Facebook : https://www.facebook.com/events/689152598105712/

Tags: , , , , ,


About the Author



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Back to Top ↑