Techno Capture-d’écran-2014-11-19-à-15.52.421-620x350

Published on octobre 31st, 2017 | by Piotr

0

Quand Extrawelt retournait le Rex avec Soopertrack

THROWBACK – En 2005, Extrawelt sort Soopertrack / Zu Fuss, son premier EP chez Border Community. Un chef d’œuvre de techno progressive. Les lives du groupe au Rex Club nous l’ont rappelé. Souvenirs…

Avant de devenir Extrawelt, Arne et Wayan se sont d’abord réunis sous les alias Midi Miliz et Spirallianz. A la fin des années 90, les deux Hambourgeois vivaient pleinement les années trance. La gueule dans les machines, déjà, ils produisaient des titres planants, à 150BPM, et jouaient dans les teufs à Goa.

Remarqués par James Holden

La musique trance est à l’origine du besoin de mélodie d’Extrawelt. Arne et Wayan ont baissé le rythme des pulsations minute, mais leurs morceaux contiennent autant, voire davantage de mélodie synthétique. Les plus beaux tracks d’Extrawelt sont en fait ceux où les basses soutiennent la mélodie. Les albums Schöne neue Extrawelt et In Aufruhr (Cocoon Recordings) sont des exemples du genre.

C’est avec l’EP Soopertrack/ Zu Fuss qu’Extrawelt est né. Et Soopertrack est un morceau qui réunit à lui-seul l’identité Extrawelt. James Holden ne s’y trompe pas. Sur son label Border Community, il publie le premier EP des deux Allemands. Nous sommes en 2005, deux ans après la création du label. Border Community s’est déjà fait un nom avec les sorties de Break in The Clouds de James Holden, et The Sky Was Pink de Nathan Fake. Soopertrack vient définitivement installer Border Community parmi les meilleures maisons de disques d’electro progressive.

Soopertrack partage la galette avec Zu Fuss. C’est un sans fautes. Une techno où les sonorités s’ajoutent une à une, minimes. Et les nappes de synthé planantes qui font toute la force des lives d’Extrawelt. En France, invités par le collectif BTRAX, c’est au Rex Club qu’Arne et Wayan prennent rendez-vous chaque année. Leur performance ne prend pas une ride. Chaque track est sublimé dans un live bâti sur la patience et les lentes montées en pression.

Ils reviendront pour les trente ans du Rex Club, avec Fear of an Extra Planet, un nouvel album. Mais nul doute que Soopertrack viendra dynamiser la soirée. Extrawelt n’oublie jamais ses racines.

Retrouvez notre interview d’Extrawelt en 2014. De belles images, de bons mots, et Soopertrack en clôture…

Tags: , , , , ,


About the Author

"ich bin meine Maschine"



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Back to Top ↑