Techno R-953600-1189953224.jpeg

Published on septembre 26th, 2017 | by Piotr

0

Marco Carola, star des années minimal

THROWBACK – Il y a dix ans, la techno minimal était à son apogée. Richie Hawtin et Marco Carola étaient les maîtres d’une scène qui s’est libérée depuis. Retour sur Apnea, chef d’œuvre indémodable d’un artiste dont la production s’est totalement effritée.

Dix années passent en un instant. Et pourtant, en musique, l’espace temps s’est dilaté depuis la dématérialisation massive. Pour beaucoup de « jeunes vieux » de la scène techno actuelle, la découverte du genre est arrivée au cours des années minimal. Le Rex proposait encore des soirées Minus et les résidences « Un Rêve » accueillaient Marco Carola. On était loin de la folie Warehouse et de la techno sombre et mordante qui s’est propagée comme une traînée de poudre.

L’Italie minimale et progressive

Marco Carola est sans doute le plus international des DJs napolitains. Si son nom ne s’affiche aujourd’hui que sur les programmes de festivals dont on se passerait bien, il est un des pionniers de la techno minimale et progressive. Ses premières productions, Carola les envoie au milieu des années 90 à Claudio Diva chez Subway Records. Puis rapidement, il créera ses propres maisons: Zenit, avec son ami Corrado Izzo, où il publiera son premier album, Fokus.

Avec Design, Domestic Minimal Noise, Question… ses labels fleurissent. Music On viendra bien plus tard. Mais ses plus belles productions, Marco Carola va les sortir chez Plus 8, la maison de disques emblématiques du son minimal, créée par Richie Hawtin et John Acquaviva.

La griffe PLUS 8

C’est justement avec Apnea en 2007 que l’Italien rejoint la maison Plus 8. Au cours des années 1990, les Canadiens ont produit les plus beaux titres de Plastikman, Speedy J, Kenny Larkin ou Theorem. Relire la discographie de Plus 8, c’est un peu revivre l’histoire de la musique électronique.

A sa sortie en mai 2007, Apnea s’annonce comme l’EP de l’été. Marco Carola est un génie, quand il s’agit de produire un son totalement épuré, simplissime et tout à fait dancefloor. Le pari est réussi. Avec Apnea, Dancing Days, Feel It et Pallegio, le Napolitain tient sa pépite. L’EP est indémodable, il marque un style, confirmé matériellement par les lignes minimalistes choisies par Plus 8 pour le design du vinyle.

Avec Plus One, Plus Two et Bloody Cash, Marco Carola signera trois nouveaux EPs chez Plus 8 l’année suivante. Et les années 2007-2009 marqueront ‘âge d’or de la techno minimal sur les dancefloors. Ensuite, la production de l’Italien s’effrite. Carola multiplie les dates, enchaîne les festivals, mixe vingt-quatre heures d’affilée… Il faut croire que les étés à Ibiza n’encouragent pas la création. Si on regrette que l’artiste se démode, gageons que ses productions, elles, resteront.

 

Tags: , , ,


About the Author

"ich bin meine Maschine"



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Back to Top ↑