Techno luigi2

Published on novembre 19th, 2014 | by Julien

0

Luigi Madonna – Background (Drumcode)

Il nous avait laissé un bien joli cadeau chez Sleaze Records (pour ceux qui veulent le découvrir, ou le redécouvrir, cela se passe ici), et il est de retour sur un des labels majeurs qui lui avait fait confiance à ses tout débuts.
On célèbre bien entendu le retour de l’italien Luigi Madonna, chez l’écurie du très respecté Adam Beyer, fabrique à cathédrale techno… Drumcode !

Pour la 135ème release du label suédois, Luigi envoie 4 tracks, sous un EP baptisé Background, qui vous montrera qu’une nouvelle fois, cet italien gère aussi bien les platines que les pizzaïoli leurs pâtes à pizza.

Son premier track, Back to School, sonne comme une profession de foi.
Un 909 lourd et puissant, qui cadence les premières secondes, des hats étouffés, et c’est parti. Une douce ritournelle vient se caler sur les différentes lignes analogiques, accompagnée de vocaux à tendance plutôt hypnotique.
Une jolie entrée en matière, techno sans trop l’être, dansante à souhait. Une ouverture d’EP comme on les aime.

Passons ensuite à Why Not, qui nous plonge dans un univers plus sombre que Back to School.
À grands coups de « Come on! », nos oreilles s’ouvrent et se prêtent à une douce torture. Le rythme est ici bien plus soutenu, et les hats sont cette fois-ci lâchés de façon chirurgicale : ils tranchent, incisent les tympans et nous amènent, de façon frénétique, à tambouriner le sol de nos pieds… Avant une grand messe de sons distordus, maltraités, qui nous emmène dans une danse folle, soutenue par les kicks qui se veulent bien plus insistants.
7 minutes de montagnes russes (ou plutôt italiennes, ici), à la sauce suédoise.

Singer One pourrait annoncer un peu de repos dans cet EP… si vous n’écoutez que les deux premières minutes.
Car après une intro un peu dance à mon goût, c’est un kick bien plus rond qui vient enrober les vocaux qui nous répètent sans cesse, « I don’t know, baby« .
Cependant, chacun sait que chez Drumcode, on ne fait pas forcément dans la dentelle. Ainsi, après ce sample, place à des beats sombres et industriels à souhait, sur fond de kick aquatiques…
Un joli ping-pong s’engage donc entre les kicks et les voix, pour une brève respiration dans l’EP.

Unconditional Beauty clôt l’EP.
Quel joli nom pour un track hypnotique, lancinant, langoureux…. Un hymne à l’amour, made in techno, comme toujours, et qui monte en intensité.
À écouter de préférence à deux, et à mon sens, l’écouter vaut bien plus que des mots.
Sans conteste, c’est mon coup de cœur de l’EP !

Tags: , ,


About the Author

aka "La Machine"



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Back to Top ↑