Techno exileok

Published on mars 16th, 2015 | by Julien

0

Johannes Heil & Markus Suckut – Exile 001 (Exile)

Quand deux protégés de Len Faki s’associent, ça fait forcément du bruit.
Les deux protégés en question, Markus Suckut et Johannes Heil, déjà auteurs de belles productions en compagnie de leur mentor, se sont donc associés, et sous l’écurie Exile, nouvellement créée, ils laissent exploser leur talent.

Première sortie pour ce néo label, baptisée sobrement Exile 01, qui offre trois tracks travaillés, aux sonorités recherchées, et avec une vraie recherche d’un son minimal, mais travaillé.

« Close your eyes, don’t think, don’t speak. Just listen » nous avertit le duo.
Mais je vais quand même apposer quelques mots à chacun des tracks.

Le premier, Exile 001 A offre, sur la face recto du vinyle, une vision très minimaliste du travail du duo. A mes yeux, c’est peut être là où Suckut laisse les commandes à Heil.
La recherche est claire, travaillée, et le but recherché est accompli : ici, pas d’envolée, pas de basses dévastatrices, mais un kick lancinant qui se mue en colonne vertébrale d’un track qui se veut hypnotisant.
Epuré au possible, avec un nombre très réduit de ligne de sons, le premier track est donc une belle réussite, une invitation à rentrer dans le monde du néo duo.

Retourner la galette implique de s’immerger dans le monde plus techno de Suckut. Exile 001 B1 y montre, dès ses premières notes, la marque de fabrique de Suckut. Ici, les sons sont plus ronds, plus analogiques, et semblent dès les premières secondes annoncer une frénésie grandissante.
Des kicks plus nerveux, des drums plus musicaux, voilà donc venir l’empreinte de Suckut.
L’envolée est tout aussi maîtrisée que sur le premier track mais elle offre une facette plus sanguine, plus nerveuse que le premier track.
Résultat intéressant, qui laisse suggérer un dernier track plus qu’attendu.

La réunion très attendue du style Heil + Suckut s’opère donc en grande pompe, dans le dernier track de l’EP.
Exile 001 B2 annonce, dès les premiers temps, la couleur. Ici, on usera de distortions à foison, de montées maîtrisées, de descentes modérées mais entraînantes, et d’explosions elles aussi, tout en maîtrise.
C’est donc sans surprise qu’on peut assez rapidement retrouver les ingrédients d’un bon track que Faki a pu leur enseigner.
La preuve en musique :

Tags: , ,


About the Author

aka "La Machine"



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Back to Top ↑