Techno cover

Published on avril 6th, 2018 | by Mehdi

0

Chez Resources, l’aventure spatiale de Pl4net Dust

– CHRONIQUE – Au loin, on entend encore les râles de la voix suave de « Wait » de MAD:AM sorti sur le premier EP de Resources, explorateur de la club musique et de ses émules. Ils ont grandi, fort d’une quinzaine de sorties, les parisiens nous offrent cette fois un voyage des plus détonnants. Une aventure entre rythmes spatiaux et influences UK.

Après une dernière compilation « Club Hexagon Vol. 2″ explosive, dédiée donc à toute la scène japonaise (rires), où l’on retrouvait les boss du genre MokeTommy Kid ou encore Dehousy, Resources s’attaque cette fois ci à une sortie plus en nuance, plus narrative, où l’un de leur vétéran, Pl4net Dust, qu’on a retrouvé maintes fois sous divers alias, nous envoie direct dans un univers sci-fi où seul fermer ses yeux suffit pour s’imaginer la scène.

Dans le marais, on s’embourbe complètement dans une masse de basses visqueuses qui viennent agripper nos semelles. On vient d’atterrir, Pl4net Dust nous enveloppe directement dans son univers. On sent sa musique aussi, l’EP est empli d’odeurs, de sons, de bruits, on vit a narration comme des personnages ou des observateurs de l’action.

Là, enfin, on entre dans Next Space, le son est plus club mais la tension tout aussi palpable. Le morceau dansant, fait néanmoins l’effort de s’armer de petites nappes, on reste toujours dans le récit. Ce morceau c’est la petite étincelle qu’on attend, on vient d’arriver sur une planète inconnue, et là c’est la découverte, l’excitation se mêle à la peur.

Et d’un coup…

D’un coup – d’un seul, on est déjà de retour sur Terre, dans le club cette fois, là même où Resources nous avait lâché avec Club Hexagon Vol.2. On entend encore les basses du premiers, on est sur Terre mais toujours avec les semelles collantes de notre détour par le marais. On se laisse prendre par ce mélange electro-UK bass, qui clot parfaitement un EP maitrisé.

Côté face, trois remixes de Blâme, Distro et Draft Dodger. L’ensemble est une parfaite réinterprétation de l’EP. Blâme emmène Swamp dans 5 minutes d’électro quand Draft Dodger préfèrera un atterrissage en urgence tout en distortion dans la reprise de Back on Earth. Enfin, Distro livre un parfait track ready-for-club qu’on retrouvera dans toutes les playlists de vos DJs Bass Music. Teinté tantôt de dubstep puis de rythmes afrobeat, on est sur de danser à 4 heures du matin sur ce titre.


L’EP est à choper sur la plateforme mise en place par Kuroneko : <3

Et on souhaite encore une longue vie à ce genre de label qui se casse la tête à chercher la musique de demain.

Tags: , , , ,


About the Author



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Back to Top ↑