Techno 13419251_1043284522385994_3368713815973151022_n

Published on février 27th, 2017 | by Piotr

0

Avec Patrick Siech, une techno « swedish style »

CHRONIQUE – Avec Eter, Patrick Siech renoue une nouvelle fois avec l’héritage de la grande génération des producteurs suédois. Une techno envoûtante, portée par un rythme soutenu. Le fameux « swedish style ».

Patrick Siech, Nima Khak, Juho Kusti, Evigt Mörker… Ils sont toute une génération à avoir grandi dans l’éblouissement de leurs modèles. Des modèles qui sont devenus des parrains, célébrés par un t shirt que s’arrachent les jeunes DJs suédois: « Adam, Cari, Joel & Jesper ». Adam Beyer, Cari Lekebusch, Joel Mull et Jesper Dahlbäck ont fait de la Suède une terre de techno. Et Cari Lekebusch nous confiait d’ailleurs lors d’une rencontre à Berlin: « En Suède, on est naze, on ne sait rien faire. En fait, y a une seule chose qu’on fait bien, c’est la techno. »

« En Suède, il y a une seule chose qu’on fait bien, c’est la techno » Cari Lekebusch

Ces grandes signatures n’ont plus rien à prouver. Et ceux qui moquent Adam Beyer parce qu’il joue à Ibiza, parce que Drumcode n’est plus à la hauteur, devraient se trouver d’autres combats. Car derrière eux, la scène suédoise a engendré de beaux bébés. Parmi lesquels un certain Patrick Siech. Son dernier EP, Eter, et la septième release d’une maison qui a fait son nom dans le Grand Nord: Parabel.

Avec Viadukt, Siech avait justement signé la première sortie Parabel il y a une bonne année. On retrouve dans Eter, l’identité musicale de l’artiste. Une techno très soignée, aboutie. Un son totalement « suédois », puisqu’on parle beaucoup du fameux « swedish style ». Des basses très grasses et profondes qui maîtrisent le morceau. Ainsi, pas de grande introduction. On entre aussitôt dans la danse. Et ce sont les basses qui composent le squelette de chaque track.

On aime énormément la face A, plus sauvage que la B. Avec Tesselation et 1133, pas de grands ornements, pas de brillance inutile. Mais un rythme de dancefloor, plus que jamais. Une volonté que vient dissoudre la face B, justement. Eter et Svävarterminalen donnent à l’EP un tournant plus cérébral. C’est beau, envoûtant.

Après cette écoute, on vous propose d’aller fouiller dans la discographie de Patrick Siech. Vous verrez que Drumcode a aussi sorti de très beau titres ces dernières années, notamment dans la collection Drumcode Limited. Et puis bien sûr, nourrissez vous des superbes podcasts de la maison Parabel. Pour un lundi après-midi, ça donne déjà la fièvre du vendredi soir…

Tags: , , , ,


About the Author

"ich bin meine Maschine"



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Back to Top ↑