Playlist _STH4967-2

Published on février 1st, 2017 | by Piotr

0

Delighted donne carte blanche à… Electric Rescue

PLAYLIST – Vendredi, c’est Skryptöm. Pour beaucoup à Paris, c’est un Rex qui sonne comme une évidence. La résidence d’Electric Rescue s’est imposée comme une référence des nuits techno du 5 boulevard Poissonnière. A l’occasion des dix ans de la maison de disques, et de la soirée du 3 février, Delighted a demandé au maître de maison de nous concocter une playlist du cru.


 

« Il n’y a pas d’ordre pour cette playlist. J’ai voulu présenter quelques-unes de mes affinités de mes deux dernières années. Pas uniquement des trucs très très récents mais plutôt un panel de quelques-uns de mes artistes préférés, et soulignant bien la musique de Skryptöm. D’ailleurs il y six des dix artistes suivants qui seront présents dans l’album des 10 ans de Skryptöm à venir en avril. »

Electric Rescue.

INIGO KENNEDY – Cathedral ( Token )

Comme la plupart des artistes présents ici, Inigo est un héros techno pour moi. Non seulement il propose une techno unique et personnelle mais il est un des rares artistes qui sait mélanger techno et electronica, mes deux amours, tout en leur laissant toujours place sur le dancefloor.

« Inigo a l’humour à la british qui me va bien »

En plus d’une musique unique, généreuse et poétique, Inigo est une personne touchante, il est extrêmement gentil et attentionné, et cerise sur le gâteau, il a un humour à la british qui me va bien.

 

JOHANNES HEIL – Transition Six ( Figure )

Johannes Heil est un des très rares artistes n’ayant jamais quitté mon fly-case, comme Mark Broom, Underground Resistance et quelques autres. Pour moi, Johannes est un mythe qui a toujours su être dans la fraicheur des différentes tendances qui sont passées sans jamais tomber à corps perdu dans une mode. Du coup, en étant resté lui-même et en se nourrissant d’ingrédients frais des différentes tendances, et bien il est toujours là. Johannes a une belle philosophie de vie et je l’apprécie énormément, tout comme Inigo j’adore le recevoir régulièrement aux skryptom parties.

 

TRUNCATE – Modify ( Truncate records )

Sa techno brute, mélange savant de Chicago, Detroit et Berlin n’a pas d’égale. Un track Truncate, ça se reconnaît tout de suite. Ça pompe à mort, c’est classe, élégant, aucune fioriture et pourtant toute l’émotion est là. Ça peut paraître parfois linéaire mais il n’en est rien, ça groove à mort c’est imparable et ça t’impose des paysages que seul David sait peindre. Je vais me répéter, mais lui aussi est un super bonhomme, calme, gentil, attentionné et quelqu’un sur qui on peut compter. Un fidèle des skryptom parties encore.

 

ZADIG – Lost Tape 1 ( Construct Reform )

Sylvain est une connaissance particulière pour plusieurs raisons. Bien sûr, sa musique me percute. Il a su piocher des ingrédients nécessaires à son développement dans la musique de Robert Hood, des sonorités du Tresor, des tracks techno à la ricaine bruts et efficaces. Mais il aime aussi la recherche de textures particulières, granuleuses et envoûtante.

« Mon fils porte le même prénom, Zadig »

Nous nous sommes vite rapprochés au début des années 2000 lorsqu’il bossait pour Synchrophone, car nous nous sommes rendus compte que nous venions tous les deux de la même région et que nous avions pas mal de points communs. Puis nous avons un autre petit truc qui nous lie un peu : mon fils porte le même prénom « Zadig » .

 

TRAUMER – Rejected Soul ( Skryptom )

Traumer est incroyable car il est capable de diffuser des bonnes ondes autant dans la micro-house que dans la techno brute et recherchée. Pour ma part, je le préfère sur son côté techno, lorsqu’il est en Roman Poncet, vu qu’il a dédié Traumer à la micro-house. Mais il nous a démontré aussi ses capacités sur l’electronica, Romain est vraiment tout terrain et ayant suivi son parcours depuis ses 16 ans je ne suis pas du tout étonné de tout ce qui lui arrive aujourd’hui. Il a de belles cartes musicales à jouer et quand il sort des tracks comme Rejected Soul il me régale.

 

WLDERZ – Sad Industry (Keith Carnal Remix) ( Skryptom )

Sur ce track je fais un double focus entre la dernière arrivée chez skryptom, WLDERZ, un duo qui sortira un premier album en fin d’année sur skryptöm. WLDERZ ont vraiment un don pour transmettre de la mélancolie à travers une techno extrêmement brutale et rugueuse. Et ça me plaisait bien de les faire remixer par Keith Carnal et son univers très poétique, planant mais ne lâchant jamais pour autant le dancefloor. Keith Karnal sera d’ailleurs présent pour clôturer la Skryptom party du 3 février.

 

REBEKAH – Code Black ( Soma Recordings )

Je n’aimais pas du tout Rebekah jusqu’à il y a quelques temps, je la trouvais plutôt trop brutale pour moi et assez linéaire. Puis depuis quelques mois, à chaque fois que j’ai croisé sa route je suis tombé sur des choses extrêmement sensible comme ce morceau incroyable, Code Black, sur le mythique label Soma sur lequel j’ai eu également la chance de m’exprimer par le passé. La combinaison est belle et le morceau fantastique.

 

ANDRE KRONERT – B1 ( Exile )

Andre Kronert a la faculté de faire mouche à 100% sur ses derniers EPs avec moi et notement avec sa sortie sur le label de Johannes Heil et Markus Suckut, Exile. Entre techno « heilienne », une techno plus teintée Jeff Mills ou Neil Landstrumm des années 90 avec le sound design et la production d’aujourd’hui. Je trouve qu’il fait de savants mélanges qui font mouches sur moi. J’ai eu aussi la chance de me produire sur son label ODD/EVEN que j’apprécie vraiment beaucoup aussi.

« Solex, ce morceau me rend cacahuète »

JEFF RUSHIN – Solex ( Mote Evolver )

Ce morceau me rend cacahuète, je l’adore, il provoque chez quelque chose d’inexplicable et dès que je l’entends ou je joue çà me fou dans une transe de psychopathe. Du coup, maintenant je suis impatient d’écouter tout ce que peut sortir Jeff Rushin. Mais en même temps cela ne m’étonne pas, les choix de Luke Slater sur Mote Evolver sont en très grande majorité extrêmement fort et pertinents.

 

YYYY – Serve two Masters ( EVOD )

Eux ! ils me font rêver et surtout ce morceau serve two masters. Ces Argentins ont la capacité de mélanger techno et electronica, de vous faire sauter mais aussi rêver. Cette complexité musicale en apparence a en fait une évidence émotionnelle qui me touche au plus haut point.

C’est la grande classe. Fan !


 

Skryptöm sur Facebook : https://www.facebook.com/Skryptom/?fref=ts

Skryptöm au Rex Club : https://www.facebook.com/events/742051152618438/

 

15965965_10212021152032892_337597933595131906_n

Tags: , , ,


About the Author

"ich bin meine Maschine"



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Back to Top ↑